Forum Roleplay Œil pour Œil

Œil pour Œil

Vladeus

Ce texte comporte des scènes pouvant être considéré comme violente

Adagio in G Minor (Albinoni)

SEG977 REL20, 9ème strate - La Moriaquie

Après les mésaventures rencontrés sur l'anomalie, Un assaut exceptionnellement raté, Rayvax se retourna sur la Moriaquie. Il laissa en poste quelques officiers et son assistante pour régler les derniers détails liés à l'abandon de cette planète qui ne lui servait plus à rien.

Il était dans son bureau quand les rapports lui parvinrent de son assistante.

L'ensemble des vaisseaux de sièges se sont retirés. Comme vous l'aviez prévu, l'ennemi scan la zone. Je m'apprête à partir dans l'heure, juste le temps de régler quelques accords commerciaux pour que nous puissions profiter des ressources de cette planète sans y être installé.

Quelques minutes plus tard un nouveau bulletin arriva annonçant la perte de l'assistante lors d'un assaut frontal réalisé par Zephyria. Les consignes qui avaient été donnés au commandant était claire. Effacer toute trace de passages de Rayvax sur la zone.

C'est les mains tremblantes, qu'il tenait le datapad : survivants “aucun”

“Aucun” le mot résonnait dans son esprit. Ce n'était qu'une assistante se répéta-t-il. Ce n'était qu'une assistante. Ce n'est que lorsque le verre lui lacéra les mains, qu’il revint à la réalité. Ce n'était pas qu'une assistante. C'était “capucine”, il l'aimait et elle était loin de mériter la mort.

L'impératrice Zephyria, Sa sœur, sa descendance, que faire… l’assassiner… Non… ce n'est que quelques heures plus tard que l'idée lui vint.

Faites apprêter mon vaisseau! Envoyer un message à Naëlys et Prévenez là que je souhaite la rencontrer pour lui présenter mes excuses sur les différents événements qui se sont produits dernièrement, je lui dois bien ça.

Il fallait reconnaître ça aux Akhéniens, pour ce qui est du protocole il n'est jamais bien compliqué d'être reçu. Il était moins évident d'obtenir des réponses rapides. Mais pour être reçu… Cette dernière l'accueillit dans les bureaux officiels, les discussions en cours ne faisaient qu’accompagner une réduction de la prudence. Tout acte de confiance est bon à donner quand il s'agit de convenir de paix.

Comme il s'y attendait Rayvax ne fut reçu que par Naëlys, Zephyria ne l'avait pas en grande estime pour des raisons bien évidentes. Ces raisons Importaient-elles encore ? Rayvax n'en n'avait que faire. On lui donna l'autorisation d'atterrir sur la piste d'atterrissage en face du bureau de Naelys. Comment après tant de mésaventures la chance pouvait à ce point lui sourire ? L'entretien étant en vu d'excuses, le sceau du secret lui fit accordé. Aucun garde aucun greffier. Juste une mise en garde de sa sœur cadette qui lui paraissait si peu nécessaire.

  • tu devrais te méfier lui avait-elle dit*
  • mais non lui avait-elle répondu*

Peut-être aurait-elle dû. En quelques secondes, le produit fit effet et l'esprit de Naelys sembla brumeux.

  • bonne nuit* fut les dernières paroles qu'elle entendit de Rayvax

La menue jeune fille ne fut pas compliquée à déplacer Et accompagner dans le griffon.

Propre, Net et sans bavure.

SEG977 REL21, 9ème strate - Brise

CLAUDE DEBUSSY: CLAIR DE LUNE

Une communication unilatéral arriva sur le holo personnel de Zéphyria. Elle représentait une pièce fort bien meublée, de l'ancien et du moderne. On reconnaissait très facilement le style AKhenyien. Et il eu le son d’une mélodie très douce qui s’éleva dans les airs.

On reconnut facilement une oeuvre historique qui aurait pu être un vrai régal pour un amateur, ce qui n'était pas véritablement le cas de Zephyria, qui ne comprenait pas ce qui se passait sous ses yeux.

Soudain elle vit un index venir choquer la lentille de la caméra.

Rayvax : Coucou zéphi Chérie, tu me vois la ? oui tu me voie la !

Elle vit apparaître Rayvax sur son écran avec un zoom de recule très léger. Il n'était toutefois, pas vêtu comme à l'accoutumée. Nous étions habitués à des tenues plus cérémoniale. Elle faisait cette fois-ci place à une veste tombante de cuir noir et des lunette noires ne permettant de distinguer ces yeux. Il arborait une barbe naissante et un large sourire.

Rayvax : J'espère que tu vas bien. Félicitations pour ta dernière conquête j'ai envie de dire Round 1 Zephyria !

Le tutoiement et la froideur de sa voix était inhabituelle, tout comme l’expression de son visage fermé et dur.

Rayvax : As-tu vu ta sœur c’est temps ci ? non Hein ?

Le visage de Rayvax vira soudainement à nouveau au joyeux et enjoué. L'inquiétude poussa dans l'esprit de Zéphyria qui appela tout de suite sa sœur sans laisser passer une seconde

Zéphyria : Soeurette !! Répond !

“Soeurette !! Répond !” Entendit-elle à l'écran en un écho flagrant !

Rayvax : Tu viens de casser tout le suspens, dit-il la mine boudeuse en réagissant à la voix en arrière-plan.

L'affichage laissa place à Naëlys assises attaché et bâillonnée Qui semblait être consciente.

Rayvax : Tu m'as pris quelques chose qui m’est chère ces dernières heures, Alors je me suis dit que je pouvais te rendre la pareille. Toutefois, je veux t'enlever d'un doute nous ne sommes pas en direct, il y a un léger différé. Et tu devrai recevoir très rapidement l'ensemble de l'équipement nécessaire à la compréhension de ce que tu vas voir se dérouler sous tes yeux.

Il eu ce sourire en coin qui illumina son visage, lorsqu’il abaissa un peu ses lunette pour regarder par dessus leur rebord. La synchronisation était presque parfaite, lorsqu’on amena une caisse d'un mètre sur cinquante centimettre en la posant sur son bureau de Zephyria

Zéphyria eu un regard méfiant qui voyageait entre la boite et son écran.

Nous avons mal commencé, dit il En s'approchant du bureau proche du fauteuil de sa sœur. Celui-ci était recouvert d'un voile de soie qu’il caressa du bout des doigts d’un air rêveur. Il sembla se reprendre et leva les yeux vers la caméra.

Rayvax : mettons-nous dans l'ambiance.

La phrase culte, fut instantanément remplacée par un autre mouvement sonore.

Beethoven - Moonlight Sonata

Il retira le voile de soie pour laisser apparaître une petite pointe et une coupelle. Il l’utilisa pour prélever un échantillon de sang à la jumelle. Il fit tournoyer le sang dans la coupelle d’un air joyeux en soupirant doucement.

Rayvax : Avec cela tu devrais sans grand mal t'assurer qu'il s'agit bien de ta soeur.

Il découvrit davantage la table pour laisser place un rasoire.

Les yeux de la jumelle furent presque amusé, “ il appelle ça de la torture ?” pensa-t-elle. Il s’approcha de Naelys le rasoire dans une mains et joua avec ses longs cheveux de l’autre. Il caressa sa joue du bout des doigts avec un petit rire enfantin, lorsqu’elle détourna le visage, puis il lui attrapa les cheveux pour lui tirer la tête en arrière d’un coup sec. Il susurra sur un ton de reproche :

Rayvax : On ne bouge plus !, ça serait dommage d’abîmer un si joli minois.

Il glissa une mains sous son menton et posa la lame du rasoir au sommet de son front et se mis à raser les cheveux, tout en sifflotant joyeusement l’air de la musique ambiante. A mesure que les mèches de cheveux tombaient au sol la colère des jumelles grimpait presque en simultané. Le visage de Naelys se durcit et ses poings se serrèrent, Zephyria quand a elle tentait tant bien que mal de contenir sa colère. Quand il eut terminé la coiffure de Naelys ressemblait à un champ de ruine.

Rayvax : je les mets également dans le carton cela te laisseras un souvenir.

Il agita une touffe de cheveux qu’il laissa choir dans une grande boite que Zephyria pu reconnaître. Les minutes passèrent et chaques secondes étaient suivies avec la plus grande attention. La vengeance occupait l'ensemble des esprits. Le pas de rayvax dans la pièce était enjoué, presque virevoltant, tellement il prenait plaisir à ses exactions.

Il se focalisa de nouveau sur la caméra parlant directement à Zephyria.

Rayvax : C’est pas grave ! ca repousse !!!

Il eu un arrêt et se tapota les lèvres de l’index.

Rayvax : Est ce que par hasard tu connais l'histoire de la Mine de Diamant de Gzon ? Non hein on apprends pas ça à l'école, dit-il en faisant une petit moue Sais-tu quel était le sort des mineurs qui étaient pris à voler des diamants ? Il regarda la caméra d’un air interrogateur Rassure toi, on ne les tuait pas. C’est moins productif quand c’est Mort.

Il regarda Naëlys droit dans les yeux puis retourna rapidement sur la caméra.

Rayvax : c'est vraiment un joli diamant ! je ne lui ai pas dit mais capucine l’était aussi.

Il y eu un instant ou il sembla rêveur et attristé. Puis il inspira en haussant les épaules et reprit sa leçon. Rayvax : Non les voleurs qui était prit devait être en mesure de reprendre le travail. Sans pour autant qu'il puisse s'échapper.

Il se dirigea vers la table en faisant presque des petits pas de danse puis il libéra la dernière partie qui montra un sabot de bois.

Les yeux de Naelys s'écarquillèrent, Et cette fois-ci la peur fut lisible dans ses yeux.

D'un ton très rassurant Rayvax s'adressa de nouveau à la caméra en se saisissant d'une longue masse.

Rayvax : Tu devrais voir apparaître en bas à droite un petit sonomètre je voudrais que tu puisses profiter comme moi de l'instant.

Le sonomètre apparu en bas à droite de l'écran et la caméra zooma presque instantanément sur les chevilles de Naelys déjà prises dans le sabot.

On entendait toujours la voix dans la pièce.

Rayvax : c'est des jolis petons !!!

Le bruit qui suivit et les gammes sonores présentes sur l'écran traduisit à la perfection la douleur ressentie quand la chevilles Gauche se brisa.

Rayvax : Bordel c'est génial c'est la première fois que je fais ça j'adore !!!! Ca va allez, il n'en reste plus qu'une. C'est vrai ce que l'on dit sur les jumelles ? Elles prennent la moitié de la douleur que l'on inflige à son autre moitié ?

La phrase était dit sur un ton d’exultation, quasi jouissif, mais presque couvert par les grognements de douleur. Mais ces derniers furent très vite effacées par le deuxième coup de masse sur la cheville droite. On entendit de nouveau un cris de douleur étouffé, puis un silence vide comme un cri dans l'espace.

La caméra revient sur Rayvax.

Rayvax : Oups Je crois que je l'ai toute cassé ! il fit la moue d’un enfant ayant fait une bêtise puis son visage s’illumina Round 2 Rayvax ! Je te laisse les coordonnées de la planète où tu pourras trouver ta sœur. Elles sont au fond de la petite boîte.

Il fit un clin d'œil.

Rayvax : rejoins-moi j'ai des cookies ! Bisous Zéphy Chérie !

Il fit un au revoir du bout des doigts, puis la caméra se coupa et l’écran devint noir.

NB : RP réalisé avec l'accord des intéressés

édité le 02.09.2017, 2:01

Vladeus, 5 août 2017, 14h47

Zolored

Naelys sortie de ses bains privés précipitamment en grognant

  • Il aurait pu me prévenir plus tôt franchement...

Elle se dirigea hâtivement vers ses appartements (non sans manquer de faire tomber sa serviette à plusieurs reprises) pour se changer. Elle contempla ses dizaines de tenues de cérémonie, une de ses aides ménagère la pressa:

  • Naelys, il faut vous dépêcher Rayvax arrivera bientôt.

  • Je n'ai même pas tout testée, ni même regardé les autres tenues de ma garde robe...

  • Si je vous y emmène, nous y resterons jusqu'à ce que le pauvre Rayvax ne s'endorme...

Naelys gloussa légèrement - Pas faux, il devra se contenter d'une tenue assez simple (elle prit une de ses robes) j'aime bien ce violet en plus.

  • Vous êtes sublime.

  • Je vais me changer et l'attendre, tu dis qu'il ne devrait pas tarder c'est ça?

  • Oui, votre sœur vous demande également, elle veut que vous appelez la garde.

  • Ho non, pas de ça... Je n'ai pas envie, ça rend toujours les visites plus tendues.

  • Je ne fais que transmettre, c'est à vous de voir.

  • Merci

Naelys attendit son invité dans la grande salle de réception, ce n'était pas les habitudes de Rayvax de s'annoncer à l'improviste et si peu de temps avant d'arriver, mais il voulait se faire pardonner aucune raison de le renvoyer.

Une danseuse (toujours présente pour les invités de marque afin de les divertir) informa l'impératrice de l'arrivée du vaisseau, le kovahkarh arriverait d'une minute à l'autre.

Naelys se déconcentra peu à peu, se laissant aller à ses pensées, sa vision se troubla légèrement avant que ses jambes ne puissent plus la tenir, elle n'eut même pas le temps de réfléchir avant qu'un voile noir ne s'abatte sur elle...

Une sensation désagréable parcourait Naelys, elle remua un peu et ouvrit ses yeux avant de les refermer aussitôt sans rien distinguer. Elle était fermement ligotée sur une chaise et ne pouvait pas parler à cause d'un bâillon. Elle espérait que son agresseur n'avait pas remarqué qu'elle s'était réveillée, mais son imprudence pouvait avoir tout fait rater.

Naelys pensait, elle tentait de se rappeler ce qu'elle faisait ici et qui pouvait l'avoir enlevée. N'y tenant plus elle ouvrit à demi un œil pour savoir où se trouvait elle.

Devant à quelques centimètres, se tenait le visage de Rayvax avec un sourire malicieux:

  • Coucou toi!

Naelys se rejetta en arrière par surprise, elle tomba lourdement avec son fauteuil sur le sol.

  • Voyons, calme toi... Et présente ton plus beau sourire, je vais en avoir besoin.

Ne sachant quoi faire, Naelys se contenta de foudroyer du regard son agresseur depuis le sol. Elle ne pouvait de toute façon pas sourire avec son bâillon. Rayvax releva la chaise de sa captive et la plaça devant un bureau couvert d'un drap blanc.

  • Nous allons envoyer un petit message à ta tendre sœur, je suis sûr qu'elle appréciera le spectacle...

Le simple fait de mentionner Zéphyria fit couler sur les joue de Naelys quelques larmes, son imprudence lui coutait cher et elle ne voulait pas que ça sœur la voit ainsi...

Rayvax se mit à installer le matériel pour l'enregistrement, il commença à parler de manière théâtrale, l'attention de Naelys était portée sur le bureau couvert par le drap blanc, il semblait y avoir de nombreux instruments dessous et ce qu'elle devinait n'était pas vraiment réjouissant. Son ravisseur s'approcha soudainement et tira le voile.

Il lui infligea une petite piqûre avant de dévoiler encore un peu de ce qui se trouve sous le voile. C'était visiblement fait pour couper, et Naelys ne comprenait pas grand chose à ce qu'il pourrait lui faire de si désagréable avec ça. Rayvax ne laissa pas longtemps place au doute, d'un geste vif, il se positionna et commença à couper les cheveux de Naelys. Ses doux cheveux... Ceux qu'elle soignant tant pour être à la hauteur de sa tenue, remodelée d'innombrables fois pour lui permettre d'explorer encore les styles de coiffures possibles. La colère commença à la piquer ne pouvant se résoudre à perdre plus de ses précieux cheveux. Les gigotements de Naelys ne la sauvèrent pas... La plus grande partie de ses cheveux étaient à ses pieds laissant quelques mèches dans un horrible ensemble détruit.

La jeune femme ferma les yeux gorgé de larmes, ne tenant plus sous ce supplice... Elle savait que ça sœur la regardait, qu'elle avait perdu un de ses biens les plus précieux et que ce n'était sans doute que le commencement. Naelys se força tout de même à rouvrir les yeux lorsque Rayvax dévoila un autre de ses instruments.

Tout son corps se figea (même si ligotée, son mouvement était déjà plus que limité). La peur augmenta d'un cran rapidement lorsque son bourreau s'approcha joyeusement. Naelys savait ce qui allait se passer, elle ne pouvait rien y faire... Un long cri de douleur fit écho au bruit de craquement de la cheville de Naelys. La douleur, insupportable emplissait tout son corps.

Elle eut à peine le temps de se ressaisir avant d'un second coup ne soit donné provocant une douleur encore largement supérieure. Pour la deuxième fois en quelques heures, un voile noir s'abattîs sur la jeune femme, sans aucune certitude sur son état à son réveil, s'il devait avoir lieu...

édité le 07.08.2017, 18:00

Zolored, 7 août 2017, 15h41

Falmala

Full Playlist

Musique ( The Moonlight Sonata) : https://youtu.be/vQVeaIHWWck

Zephyria vit arriver la communication sur son holo transmetteur. Elle vit d’abord une pièce vide et une musique remplissait l’air. Puis un doigt choqua la lentille et le visage du seigneur Rayvax apparut en gros plan à l’écran. Il avait pas la même allure que les autres fois où elle avait eu à faire avec lui. Il l’appelait “Zephy chérie” ce qui lui fit froncer les sourcils.

  • - J'espère que tu vas bien. Félicitations pour ta dernière conquête, j'ai envie de dire Round 1 Zephyria !

Zephyria avait récupéré un peu plus tôt une de planètes du seigneur Rayvax afin de l’évacuer de leur secteur. La guerre faisait encore rage et elle avait donné l’ordre de ne laisser aucune survivant.

- As-tu vu ta sœur c’est temps-ci ? non Hein ? Sonna la voix dure mais enjouée du seigneur Kovahkarh.

Un boule d’inquiétude se forma dans le ventre de la jeune femme. La dernière personne de sa connaissance que Naélys avait reçu dans son bureau était Rayvax. Pourquoi lui parlait-il de sa soeur ? Elle ne l’avait pas revu depuis son rendez-vous. Elle avait été occupée sur d’autres affaires. Mais Naelys n’avait pas écouté ses conseils et posté de gardes pour leur rencontre. Son coeur se mit à tambouriner dans sa poitrine. Elle attrapa son transmetteur et appela sa soeur… Aucune réponse.

Lorsqu’elle leva les yeux vers l'écran, la caméra dézoomait sur sa soeur assise attachée et bâillonnée sur une chaise. Son visage était froid et fermé, son si beau regard se promenait dans la pièce.

- Tu m'as pris quelques chose qui m’est chère ces dernières heures. Alors je me suis dit que je pouvais te rendre la pareille. Toutefois, je veux t'enlever un doute : nous ne sommes pas en direct, il y a un léger différé. Et tu devrais recevoir très rapidement l'ensemble de l'équipement nécessaire à la compréhension de ce que tu vas voir se dérouler sous tes yeux.

On toqua à la porte.

- Pas maintenant !!! Dit-elle d’une voix glaciale.

- C’est urgent Dame Zephyria.

- Je suis en communication importante !

- Mais madame, il y a des annotations vraiment urgentes sur un colis pour vous.

- Entrez ! et Dépêchez vous ! Continua-t-elle se sa voix charriant des glaçons.

Un des employés entra en hâte et déposa une grande boite sur le bureau de Zephyria. Il s'éclipsa rapidement les yeux baissés. Le regard de Zephyria voyagea entre la boite et l’écran ou Rayvax affichait un sourire satisfait. Puis il reprit.

*- Nous avons mal commencé, dit il en s'approchant du bureau proche du fauteuil de sa sœur. *

Celui-ci était recouverte d'un voile de soie blanche qu’il caressa du bout des doigts d’un air rêveur. Il sembla se reprendre et leva les yeux vers la caméra.

- Mettons-nous dans l’ambiance !

La musique de fond changea. Il retira une partie du voile qui recouvrait la table et y prit une petite coupelle et une lame. Il préleva avec cérémonie un peu de sang de sa soeur qui coula dans la coupelle. Il l’y fit tourner dans un petit rire et regarda à nouveau la caméra.

- Avec cela tu devrais sans grand mal t'assurer qu'il s'agit bien de ta soeur.

Il entreprit de retirer un peu plus du voile qui dévoila une lame étrange, une sorte de rasoir. Les yeux de sa soeur voyageaient entre la table et Rayvax, elle semblait ne pas comprendre. Zephyria inspira brusquement, il y avait tant de possibilités avec un rasoir de ce genre. Elle le vit approcher de sa soeur et lui tirer la tête en arrière.

Avec un air enjoué il se mit à couper les cheveux de sa soeur. Lentement, avec une presque tendresse, il laissa choir les mèches de cheveux sur le sol. Elle vit sa soeur réaliser ce qui lui arrivait et la vit se débattre. Les mains de Zephyria se crispèrent dans les accoudoirs de son fauteuil et sa gorge se noua. Des larmes ruisselaient sur les joues de sa soeur et Zephyria serrait les dents à s’en faire mal a la mâchoire.

- Je les mets également dans la boite, cela te laissera un souvenir.

Il en déposa dans une boîte.

- C’est pas grave ! ca repousse !!!

La respiration de Zephyria se faisait laborieuse. Ses doigts enfoncés dans accoudoirs avaient les jointures blanchies par la tension. Rayvax apparut à l’écran quelques instants. Il lui raconta une histoire de mine et de voleurs de diamants. Zephyria n’arrivait pas à comprendre où il voulait en venir. Elle observait sa soeur qui pleurait à chaudes larmes à l’arrière plan jusqu’au moment où Rayvax dévoila un gros plot de bois. Toute son attention lui était à nouveau attribuée. Naelys ouvrit les yeux d’un regard éffaré. La caméra zooma sur les chevilles de sa soeur où le même plot de bois avait été posé entre ses deux pieds.

-- Tu devrais voir apparaître en bas à droite un petit sonomètre je voudrais que tu puisses profiter comme moi de l'instant.

Une boule de glace se forma dans l’estomac de Zephyria aux dernières paroles de Rayvax. La musique continuait sa lente progression. Et tout à coup elle vit le maillet s’abattre sur la cheville gauche. Il y eut un hurlement étouffé par un bailon et elle vit les spasmes parcourir le corps de sa soeur. Zephyria arrêta de respirer pendant quelques secondes, un cri commençant à se former au fond de ses entrailles. La cheville de sa soeur suivait un angle étrange.

Rayvax jubilait des paroles qui n’arrivaient pas à atteindre le cerveau de Zephyria. Son regard était braqué sur la cheville et le sang pulsait dans ses oreilles tel une tempête coléreuse.

Puis le maillet s'abattit de l’autre côté, suivit d’un nouveau hurlement. Zephyria y fit écho avec force et violence, les larmes se mettant à ruisseler sur ses propres joues. Rayvax apparu à l’écran qui avait dézoomé.

- Oups Je crois que je l'ai toute cassé ! il fit la moue d’un enfant ayant fait une bêtise puis son visage s’illumina. Round 2 Rayvax ! Je te laisse les coordonnées de la planète où tu pourras trouver ta sœur. Elles sont au fond de la petite boîte.

Il fit un clin d'œil.

- Rejoins-moi, j'ai des cookies ! Bisous Zéphy Chérie !

Il fit un au revoir du bout des doigts, puis la caméra se coupa et l’écran devint noir.

Musique ( Will I Fall) : https://youtu.be/DHVmgffCRD8

Zephyria resta un long moment à fixer l’écran, ses doigts avaient déchiré les accoudoirs du fauteuil. Un autre cri se forma dans ses entrailles et elle poussa un long hurlement de désespoir les joues inondées de larmes. On toqua à la porte mais elle ne put répondre. Puis on tambourina à la porte mais sa gorge lui faisait mal et elle tremblait de toute part. Des gardes firent irruption dans le bureau, les armes au poing à vérifier la pièce avec précision.

- Impératrice, que se passe-t-il ?

- Il tient Naelys, dit-elle dans un croassement étranglé.

- Qui ?

- Rayvax ….

- Comment est-ce possible ?

Elle se contenta de secouer la tête. Sa poitrine la brûlait et était comme prise dans un étau. Elle avança ses doigts tremblants vers la boîte et en défi les attaches. Elle laissa choir le couvercle au sol dans un bruit sourd et étouffa un autre cri dans sa bouche de ses mains. Son souffle se fit à nouveau laborieux et ses mains tremblaient affreusement lorsqu’elle en plongea une dans la boîte pour en retirer une poignée des magnifiques cheveux de sa soeur. D’autres larmes se mirent à couler sur ses joues. Le chef des officier prit la boite délicatement.

- Nous allons en étudier le contenu

- Je sais que ce sont les siens, je l’ai vu …

Elle lui expliqua rapidement d’une voix étranglée. L’officier fouilla dans la boite et trouva le bristol avec les coordonnées d’une planète qui se trouvait juste a quelques années lumière de là.

-Préparez une mission de récupération, vite. Nous pouvons peut-être encore attraper Rayvax.

-Oui votre Altesse.

-Maintenant laissez-moi quelques instants. Je vais vous suivre.

La garde sortit avec la boite et ferma la porte derrière elle. Zephyria resta quelques instants à fixer l’écran. Ses doigts lui fais aient mal et sa poitrine la brûlait. Elle prit quelques profondes inspirations et fit jouer ses doigts. Son coeur reprit lentement un rythme plus normal et le bourdonnement dans ses oreilles se calma. Elle finit par se lever de sa chaise et essuyer les dernières larmes qui persistaient. Ensuite, elle ouvrit le tiroir de son bureau où elle récupéra un de ses blasters qu’elle glissa à sa ceinture. Puis elle décrocha sa rapière et en ceignit ses hanches. Dans un autre tiroir elle récupéra son étuit pour ses couteaux de lancer qu’elle disposa sur sa cuisse avec méthode. Sa main se glissa sur la dague qu’elle portait toujours à la ceinture et elle joua avec le pommeau d’un air satisfait. Elle prit une profonde respiration puis elle se dirigea vers la porte. Dans son esprit le calme c’était fait, tel bruit blanc ou plus rien d’autre n’existait pour l’instant.

Les gardes qui purent la voir sortir firent un pas un arrière. Son visage était froid, fermé et ses yeux s’étaient transformés en deux blocs de glace.

- En route !

**Musique (walck through the fire) **: https://youtu.be/WIdJi5IE0P0

Sur le tarmac l’attendait quelque méduses qui devaient les mener jusqu’au vaisseau mère. Les coordonnées avaient été communiquées et toutes les troupes étaient en train d’être transportées à bord.

Le vaisseau se dirigea rapidement vers les coordonnées. C’était une toute petite planète à peine habitée. Les chasseurs furent déployés pour déposer des troupes à plusieurs lieux possibles et les recherches furent entreprises. Zephyria avait insisté pour accompagner les troupes lors des recherches. Il était hors de question qu’elle reste à bord et ils n’avaient pas longtemps insisté pour lui faire changer d’avis. Les recherches semblaient interminables et plus le temps passait et plus Zephyra senti la tension monter. Elle fouillait frénétiquement et méthodiquement chaque maison qu’ils croisaient sans pour autant trouver Naelys.

Il finirent par retrouver Naelys dans une petit maison perdue au milieu des champs. Attachée à sa chaise et évanouie. Le voile de soie roulé en boule sur la table et le reste de l'installation vidéo. Zephyria fouillait une autre maison avoisinante lorsqu’elle fut appelée.

- Nous l’avons trouvé votre Altesse !!! Nous l’avons, elle est évanouie, mais en vie.

Il y eu comme un arrêt dans les gestes de Zephyria lorsqu’elle entendit les message. Une poids se libéra de sa poitrine et ses yeux s’illuminèrent.

- Ne touchez à rien !!!! J’arrive !

Elle courut jusqu’à la maison où elle déboula telle une furie. Elle s’arrêta dans l’ouverture de la porte le souffle saccadé. Le spectacle qui lui fut offert était horripilant. Naelys était avachie sur sa chaise, la tête pendouillant mollement, quelques mèches de cheveux se balançant encore du haut de sa tête. Les cordages lui mordant les poignets et ses pieds posés sur un oreiller. Ses chevilles étaient d’un bleu violacé et avaient un angle étrange.

Les mains de Zephyria commencèrent à trembler contre les montants de la porte, mais elle se reprit aussitôt. Elle se précipita vers sa soeur et tomba à genoux à côté la chaise. Elle pris le visage de sa soeur entre ses mains et lui caressa la joue doucement, puis elle trancha les liens rapidement avec sa dague. La dague tomba à terre lorsque sa soeur se mis à basculer doucement dans ses bras.

- Je suis là Nana, tu es en sécurité maintenant…. je te lâcherai plus jamais….

Un gémissement s’échappa d’entre les lèvres de Naelys et Zephyria esquissa un doux sourire malgré ses yeux qui étaient sur le point de déborder. Elle reprit une autre profonde inspiration et leva les yeux vers l’officier.

- Aidez-moi pour transporter à bord, que l’équipe médicale puisse s’occuper d’elle.

Zephyria retira son blouson et le posa sur la tête de sa soeur avant de la confier aux bras de l’officier.

- Respectez sa dignité, ne la montrez pas ainsi, elle tenait tant à ses cheveux.

L’officier hocha la tête et se dirigea vers la sortie. Zephyria se tourna vers le chef d’équipe.

- Des nouvelles des autres recherches ?

- Non votre altesse, aucune à part une équipe qui manque à l’appel pour l’instant.

*- Envoyez une autre équipe vérifier et tenez-moi au courant. *

- Oui votre altesse.

Zephyria partit rejoindre sa soeur et s’assura que lui furent apportés les soins nécessaires. Elle transmit les nouvelles coordonnées de vol, qui les menaient vers un système qu’ils qu’aucun officier ne connaissait.

- Où nous envoyez-vous?

- Nous allons rendre visite à un ami.

La jeune femme resta tout le voyage au chevet de sa soeur, lui susurrant des mots réconfortant serrant avidement sa main dans la sienne.

Musique ( Built for this time) : https://youtu.be/xqQUrz7J7GE

A quelques AL de Reach

Un vaisseau léger fut apprêté et Naelys y fut installée. Elle on lui avait administré des calmants après qu’elle se soit réveillée en hurlant durant le voyage. Zephyria devait prendre les commandes du vaisseau.

- Vous ne voulez pas de garde ?

- Non j’ai promis que je garderais ce lieu un minimum secret. Il n’y a plus rien à craindre dans cette zone.

- Vous êtes l’Impératrice …. si ….

- Je sais, mais je dois y aller seule, et je ne connais pas de meilleur endroit pour Naelys le temps que je retrouve Rayvax. Je reviendrais chargée, alors faites de la place dans les soutes.

Elle ferma la porte démarra le vaisseau. Le voyage ne prit pas beaucoup de temps et elle se retrouvera rapidement devant l’armada de défense de la planète. Elle ne prit pas le temps de s’arrêter.

- Impératrice Zephyria D’Asphalie à bord de l’Echinda. Je passe !

Sa voix était glaciale et son visage rivé sur son point d’arrivée.

On lui avait attribué un piste d'atterrissage près des hangars. Lorsqu’elle sortit du vaisseau son visage était fermé et dur. Ses yeux étaient vides et froid. Elle se déplaçait avec une certaine raideur, jusqu'à ce qu’elle vit approcher Tal d’un pas rapide.

- Ze ...Impératrice …

- M’appelle pas comme ça … Pas aujourd’hui. Sa voix était glaciale.

- Que se passe-t-il?

Zephyria inspira longuement et leva les yeux, une fureur profonde y brûlait.

- Naelys a été enlevée….

- QUOI ?!

- Je l’ai récupérée, continua-t-elle sur un ton monocorde, elle est blessée et j’ai besoin que tu veilles sur elle.

- Qui as osé?....

- Rayvax. Elle prononça le nom dans un grondement sonore.*

- Je vais massacrer la moindre personne qui a bien pu le croiser un jour !

Tal’Ri semblait bouleversé et hagard mais le ton sur lequel il venait de prononcer cette phrase laissait présager une colère sans borne. Sa réaction fit même frémir Zéphyria malgré sa colère.

Zéphyria douta même, au vu de sa réaction, du fait que ce soit une bonne idée de l’avoir mit dans la confidence. Mais elle lui faisait confiance et savait que sa soeur ne serait jamais plus en sécurité qu’avec lui. Elle doutait même des sentiments de Tal’Ri à l’égard de Naelys mais ce n’était clairement pas le moment pour ce type de préoccupation.

- Je vais m’occuper d’elle, ne t’en fais pas, je vais la transférer sur mon centre médical à Thélona, le secteur est sécurisé et je vais mettre en place des mesures de sécurité hors normes et je serais moi même à ses côtés nuit et jour.

Plus de doute.

Elle fit sortir Naelys du vaisseau sur un brancard. Elle dormait encore, ses chevilles avaient été plâtrées et Zephyria avait fini de couper proprement ses cheveux. Un rictus déforma son visage à la vue de Naelys et cette fois ses yeux rougirent au bord de craquer.

- Sale monstre.., dit-il dans un murmure grondant

Sur le chemin pour mettre Naelys à l’abris des regards, Zephyria reçut un appel sur sa fréquence privée. C’était Jyah d’un voix inquiète.

  • - Zéph’ ? J’ai reçu un colis de Rayvax. Il faut qu’on parle.

  • - Que contient-t-il ?

  • - Il y avait une mèche de cheveux et des coordonnées. J’ai fait analyser l’empreinte génétique. Où est ta soeur Zeph’ ?

  • - Maintenant, en sécurité …

  • - Maintenant ? Dit-moi ce qui se passe !

  • - Rayvax l’avait enlevé. Je t’expliquerais dès mon retour au palais. Je vais faire quelques … courses … avant de rentrer. Naelys est désormais en sécurité.

Une fois Naelys prise en charge et installée dans une chambre avec une personne à son chevet, Zephyria prit Tal à part.

- J’ai besoin de tes hangars. J’ai besoin de matos….

- J’ai plein de choses, de quoi as-tu besoin ?

- D'artillerie lourde, d’armes, de poison et tout ce que tu peux me fournir. C’est l’heure de partir en chasse.

- Tu ne peux pas le poursuivre seul à travers toute la galaxie …

- Si je le peux, j’ai passé ma vie en m’entrainer pour veiller sur elle, j’ai échoué…. maintenant je vais la venger.

Lorsqu’elle leva les yeux vers Tal son visage arborait un masque d’une froideur inquiétante et une lueur noire brillait au fond de ses yeux.

- Je vais la venger … et je vais soigner Rayvax avec sa propre médecine.

Quelque chose dans l’expression de Zephyria avait changé. Quelque chose qu’on ne pouvait pas encore définir mais cela présageait rien de bon pour son adversaire.

Falmala, 10 août 2017, 16h58

Ravager

RP : Œil pour Œil - Un peu de repos. Partie I

  • Zéphyria, s’il te plaît ne fait pas de bêtises.. Appel si tu as besoin.

Tal’Ri regarda Zéphyria monté à bord de sa corvette et s’envolait vers l’orbite suivie d’une multitude de vaisseaux de transports, de navires de guerre ainsi que leurs escorteurs mis à sa disposition.

Tal’Ri avait fait part à Zéphyria que Reach ne disposait pas des installations et du cadre pour une personne nécessitant des soins et d’un rétablissement en bonne condition. Zéphyria l’autorisa donc à la déplacer sur Thélona, un centre médical militaire situé dans les secteurs reculés des territoires de Négore.

Tal’Ri arriva au chevet de Naelys, le corps et l’esprit épuisé de 36h de logistique et de gestion pour venger Naelys. Il demanda au médecin de la station :

  • Comment va-t-elle ? d’une voix inaudible.

  • Elle ne risque rien, sa santé n’est pas en danger. Néanmoins ces blessures aux chevilles demandent une opération rapide et demandera une rééducation lourde et longue.

  • Elle va remarcher ?! soudainement alarmé.

  • Oui c’est une fille courageuse, je m’inquiète plus pour les lésions psychologiques d’une telle détention que des blessures physique, elle est très…

Tal’Ri coupa le médecin :

  • C’est une d’Asphalie ! Elle est plus forte que beaucoup dans cette galaxie ! Et je veillerai sur elle... aussi longtemps qu’il le faudra !

  • Bien, mon Seigneur. Elle en aura besoin.

  • Préparez là au mieux et faites en sortes qu’elle ne se réveille pas et qu’elle ne souffre pas avant notre arrivée sur Thélona.

  • A vos ordres.

Tal’Ri prit le chemin de sa chambre où il trouva difficilement le sommeil malgré les très longues dernières heures, et quand le sommeil le trouva enfin ce sont les cauchemars qui l’accueillir. Au réveil il réalisait qu’il avait failli la perdre et que la nature de ces sentiments à l’égard de Naelys était inquiétante. Inquiétant au vu de leur position respective et comme souvent d’une réciprocité pas toujours au rendez-vous.

Je m’embrouille l’esprit avec des sentiments alors que mes devoirs, mon devoir, envers elle sont prioritaire. En tant qu’amies et alliées.

Une flotte de renfort avait été appelé sur Reach afin d’escorter l’Aegis jusqu’à Thélona, la planète ressembler vraiment à une planète centrale de la galaxie avec l’effervescence qui y régner et pourtant il n’y avait pas de planète plus excentré.

Naelys était plongé dans un coma artificiel qui lui assurerait du repos et toute absence de souffrances jusqu’à Thélona. Les tortures psychologiques, physique et la privation de nourriture et d’eau l’avaient beaucoup affaibli, c’était le mieux à faire que de lui faire subir un nouveau réveil dans un océan de souffrance.

A bord de l’Aegis :

  • Capitaine, notre patiente est elle bien installée ?

  • Elle dispose de toute une infirmerie à son service mon Seigneur.

  • Très bien. Dans ce cas cap sur Thélona Capitaine.

  • A vos ordres.

Et le vaisseau disparut dans l’hyperespace entouré d’une impressionnante flotte d’escorte venue tout droit de la Capitale.

Plusieurs segments plus tard, au-dessus de Thélona.

Tal’Ri se tenait devant la baie vitrée de l’infirmerie où était installé Naelys et contemplé la planète en approche en dessous. Cette dernière était recouverte d’eau en bonne partie mais disposée de très grands continents où on pouvait retrouver tous les climats possibles.

La planète était assez peu peuplée, quelques millions d’habitants tout au plus réunis dans plusieurs grandes villes autour des points névralgiques de la planète, à savoir ses centres médicaux et de recherches. La planète recevait tous les soldats blessés durant les conflits en cours ainsi que les civils ayant les cas les plus graves de maladie rare et étant à la recherche d’un remède.

Activant son implant pour une communication avec la planète.

  • Nous arrivons avec un patient de catégorie I, je préfère garder un peu d’anonymat autour de l’identité de ce “patient”, faites privatiser une aile complète du centre Mélyssandre.

  • Une aile complète... Interloqué par la demande, à vos ordres mon Seigneur.

Coupant la communication et basculant sur le canal du commandant des soldats de l’Aegis.

  • Commandant, faites préparez 3 sections. Je veux des hommes à chaque issus possible, une fouille complète de l’aile du centre médical et des environs. Diviser vos sections au mieux pour que même un papillon soit vu en train de passer, sécurité maximale.

  • A vos ordres.

Tal’Ri s’approcha du lit où était installé Naelys et osa lui prendre la main, elle était couverte de bleu et de trace de liens trop serrés sur ses poignets, mais sa main était chaude, elle luttait à chaque moment.

Ca va aller,on va s’occuper de toi Naelys. Murmura-t-il plus pour se rassurer lui-même.

Plus tard sur la planète.

L’aile de l'hôpital avait bien été désertée comme demander à l’exception d’une équipe médicale complète de toutes les spécialités. Après la mise en place des gardes il y avait plus de gardes que de médecins. On n’est jamais trop prudent.

Tal’Ri entra dans la chambre :

  • Comment va-t-elle ? Dit il en la regardant plein de sollicitude.

  • Son état est stable et la procédure de coma lui a permis de récupérer des forces. Sur votre ordre nous pourrons la réveiller. Nous lui expliquerons son état et ce que nous devons faire.

  • Très bien... réveillez là.

To be continued...

édité le 11.08.2017, 13:53

Ravager, 11 août 2017, 13h52

Mitzrael

La journée était déjà bien avancée lorsque Mitzrael se connecta enfin sur ses écrans de contrôle. Le soleil de Tourmaline paressait, bas dans le ciel et ne dispensait qu'une faible lumière glaciale. Dans le bureau de l'intendante de Négore, cependant, les rideaux étaient restés tirés et la lumière éteinte. Avachie sur son fauteuil, la femme se tenait la tête entre les mains, massant lentement ses cheveux bleus. Âgée d'une quarantaine d'années, Mitzrael avait une conception toute personnelle de la coquetterie. Toujours outrageusement maquillée, les lèvres violettes et les yeux surlignés d'un bleu turquoise, elle prenait grand soin de son habillement qui devait révéler son ascension sociale. La mini jupe léopard, les bas roses zébrés et le bustier vert en dentelle provenaient certes chacun des collections d'un grand nom de la couture, mais la conjugaison des trois n'était pas des plus heureuse. La commerçante ne s’embarrassait pas de ce genre de détails, elle se contentait d'afficher sa réussite.

Retirant lentement ses bottes en vinyl fluo, elle laissa tomber une pilule effervescente dans un verre d'eau, de quoi se remettre des frasques de la veille, afin tenter de se concentrer sur les informations affichées par les écrans. Les nuits de Négore étaient riches de divertissements et de rencontres, dont Mitzrael usait et abusait. Elle écumait les night-club comme un vieux broussard, ne manquait aucune soirée mondaine et se rendait dans les plus louches des bars interlopes de la galaxie. Par goût et par devoir. Responsable de la sécurité interne, elle se devait de connaître tout le monde, de récolter tous les ragots, d'anticiper tous les conflits… il était beau d'ailleurs, ce commodore rencontré hier soir… dommage qu'il abuse de cette substance verte, une saloperie à éviter dorénavant ! Joignant le geste à la pensée, l'intendante vida d'un trait le remède pétillant. En attendant que son mal de tête se dissipe, elle parcourait les derniers bilans de son empire. Qu'elle se réveille seule ou accompagnée, la commerçante commençait toujours ses journées ainsi : elle aimait contrôler la progression de ses acquisitions et de son pouvoir. Commerce interplanétaires, trafics de drogue, d'armes, voire d'hommes ou de femmes,... elle faisait feu de tout bois et ne s’embarrassait pas de scrupules moraux. Partie de rien, Mitzrael avait gravi les échelons de la réussite sociale à la force du poignet, et parfois de ses charmes. On ne lui avait pas fait de cadeaux et elle ne comptait pas en faire non plus, du moins pas s'il devait lui en coûter. Charité bien ordonnée commence par soi même, non ?

Or, à présent, voilà qu'elle prenait sa nouvelle fonction d'intendante très au sérieux et comptait bien se dévouer corps et âme au succès de sa faction. Elle avait d'abord été flattée que Tal'ri vienne solliciter ses services, cette position renforçait son orgueil et confortait sa réussite. Mais bientôt, elle découvrit un nouveau, déroutant et inconnu, sentiment de plénitude ; l'impression d'accéder à une sphère supérieure. A présent elle travaillait pour tous et non plus uniquement pour sa fortune personnelle. Elle même ne se l'expliquait pas, mais elle se sentait pousser des ailes. Après s'être blindée pendant des années pour s'enrichir sans s’embarrasser des autres, voilà qu'elle pouvait enfin ouvrir sa carapace : penser et agir pour le bien commun. Se redressant avec fierté , elle permuta les écrans vers la gestion de la faction, la bouche ouverte, les yeux plissés de concentration, pensant tout haut :

  • Tout va bien, la routine : deux ou trois incompréhensions à lever, rien de bien méchant… Attends, mais c'est quoi ça encore ! Qu'est ce qu'il trafique en cachette celui-là ?? Ha, je m'y attendais, incapable de se défaire d'un hola de mystère, cette bourrique de luxe!

Incrédule, la commerçante s'était levée avec colère pour chercher son paquet de tabac. Ce n'était vraiment plus à la mode de fumer, bien au contraire, mais elle ne comptait pas se défaire d'une habitude aussi délicieuse. En se roulant sa cigarette, elle réfléchissait :

  • Tal'ri réserve et place sous haute sécurité une aile complète du centre médical de Thélona… Mais qu'est ce que cela veut dire ? Peut être en prévision d'une reprise des combats, mais alors pourquoi il ne m'en a pas parlé ?

Mitzrael secouait la tête de dépit. Jusqu'à présent ses relations avec le Doge avaient été plutôt sereines et il lui semblait que la confiance était réciproque. Bien sur, le côté aristocratique du jeune homme lui tapait un peu sur les nerfs, et elle n'avait jamais réussi à l’entraîner dans une de ses virées nocturnes... Elle n'en désespérait pas pourtant : pour asseoir son autorité, il fallait que le Doge rencontre d'avantage ses administrés, qu'il développe sa sociabilité. Et puis, ça lui ferait du bien à ce petit coq de se dévergonder un peu… Enfin calmée par la nicotine, la commerçante se laissa tomber dans le fauteuil de cuir et activa son implant :

  • Tal ? Tu es là ?

édité le 13.08.2017, 17:51

édité le 13.08.2017, 20:23

Mitzrael, 13 août 2017, 17h45

Ravager

RP : Œil pour Œil - Un peu de repos. Partie II

Tal’Ri assista à toute l’opération depuis le poste d’observation médicale au-dessus du bloc opératoire. L’opération dura de longues heures et tout ce temps il resta là à contempler, impuissant, son Impératrice si diminué. La peine était visible sur son visage et il refusa tout ce temps toutes communications externes allant même jusqu’à désactiver son implant. Il resta seul, tout ce temps, et le sommeil le fit plier.

Plusieurs heures plus tard

  • Mon Seigneur ? Vous m’entendez ?

Tal’Ri émergeant du sommeil rapidement tout sens en alerte

  • Ne vous inquiétez pas, je suis venue vous prévenir que l’opération s’est bien déroulé et que toutes les lésions ont été traité aussi efficacement que poss..

Tal’Ri coupa le médecin

  • Comment ça aussi efficacement ? Elle doit retrouver TOUTES ses capacités.

  • Elle les aura mon Seigneur mais elle doit subir un très long travail de rééducation et avant tout bénéficiez de beaucoup de repos pour le travail qui l’attend.

Tal’Ri grommela toujours un peu endormis

  • Très bien, je rejoins mes quartiers, faites moi parvenir immédiatement quelqu’un dès qu’elle se réveille.

  • Bien mon Seigneur.

Tal’Ri se dirigea vers ses quartiers, sa barbe habituellement toujours impeccablement rasé commencer à prendre du volume, ces derniers jours ne lui avait pas laissé beaucoup de temps pour ce genre de détail, il n'y avait même pas pensé tout court à dire vrai.

Après une douche rapide, Tal’Ri se rendit compte qu’il n’avait toujours pas réactivé son implant. Une communication de l’Intendante Négienne était passée durant son sommeil. Cette dernière demandait des explications sur la privatisation d’une partie du centre médical.

Bien faisons un rapport, il est plus que temps j’imagine

Activant son implant pour une communication privée

  • Intendante Mitzrael. Que puis je pour vous ?

  • Ce que vous pouvez pour moi ? Mais rien du tout, c'est à Négore que vous devez vous consacrer mon cher Doge, pas à moi… et d'abord nous rassurer sur votre santé. Je viens de lire un rapport assez inquiétant concernant votre présence à l’autre bout de la galaxie, dans un complexe médical privatisé et sous haute sécurité ?

Elle reprit :

  • Tal’Ri, je suis extrêmement déçue par votre attitude. Vous prenez des décisions seul, dans le secret et sans me fournir aucunes explications. Votre manque de confiance me blesse, et surtout il nuit au bon fonctionnement de notre gouvernement !

  • Calmez-vous. Vous êtes mon Intendante, si je ne vous ai pas contacté avant c’est que je ne pouvais pas. Gardez les informations qui vont suivre pour vous. Je suis au chevet de l’Impératrice Naelys D’Asphalie qui a subi un enlèvement par le haut dignitaire Rayvax de Kovahk.

  • Ah.. L'Im-pé-ra-trice-ce en personne ! En effet… Enlevée par Rayvax ? Et c'est vous qui l'avez délivrée ?

Tal’Ri laissa cette question en suspens préférant préserver les opérations de Zéphyria, même à son Intendante. Voyant l’absence de réponse, elle reprit :

  • Mais rassurez moi, comment va-t-elle ? Elle est blessée ?

  • Aussi bien qu’elle le peut. Je vais devoir écourter la conversation, je reviendrai vers vous. En attendant je vous laisse aux commandes.

  • Bien, vous pouvez compter sur moi. A l’avenir cependant, j'aimerai que vous évitiez que les informations ne m’arrivent par un autre biais que vous même...

  • A ce sujet si le moindre bruit sur la présence de Nae.. de l’Impératrice sur Thélona est signalé, démarrez une enquête et faites arrêter sur le champ la ou les personnes, bien pris ?

  • Brutal, mais bien pris. Motus et bouche cousue, le premier qui parle aura affaire à moi ! Mitzrael, terminé.

Compétente. Et si elle n’était pas là je me demande bien où nous serions..

Tal’Ri s’abandonna à la consultation de quelques rapports et manifestes de cargaisons, un travail fastidieux et surtout terriblement ennuyant, c’est donc sans surprise que le sommeil l’attrapa encore une fois, le laissant là sur son bureau de fortune d’une chambre d’hôpital réaménager à la hâte.

Quelques heures plus tard

Naelys sortait peu à peu de ses cauchemars et de son sommeil

Le visage de Rayvax, une sorte de soupe étrange au goût affreux ainsi qu'une grande douleur... Naelys ouvrit les yeux, sortie de ses pensées sans pouvoir dire si elles étaient réelles. Seul la douleur subsistait, mais curieusement, elle était largement supportable. Naelys cligna des yeux plusieurs fois avant qu'une infirmière n'apparaisse devant elle.

  • Vous sentez vous bien ?

Surprise, l'Impératrice hocha mollement la tête. L'infirmière contrôla l'état de sa patiente avant de repartir laissant Naelys seule. Retrouvant peu à peu ses esprits, la jeune femme tenta de se rappeler comment elle était arrivée ici. Presque aussitôt elle se souvint avec horreur de tout enfin jusqu'à ce qu'elle perde connaissance, la suite ondulait entre le flou, rêves, hallucinations et vérité. Naelys sentait à peine ses pieds, ils n'arrivaient à lui transmettre que de la douleur, elle prit peur en cherchant avec ses mains les vestiges de ses cheveux.

Ce fut trop pour la jeune Impératrice, elle ne savait pas où elle était ni avec qui et encore moins si elle pourrait de nouveau remarcher. Naelys craqua, les larmes perlant sur ses joues sans qu'elle ne puisse les arrêter...

Quelques minutes plus tard, des bruits se firent entendre derrière la porte de la chambre de Naelys. Elle prit sur elle pour se ressaisir, n'importe qui pourrait arriver... La surprise fut totale lorsqu'elle aperçut le Doge Tal'Ri entrer inquiet dans la pièce. Pour la première fois depuis un moment, elle sourit se sentant à nouveau en sécurité.

Au même moment dans la chambre de Tal’Ri

Un bruit irritant et régulier le tira du sommeil petit à petit, le temps qu’il émerge il comprit qu’il s’agissait de la sonnette de ces appartements, et vu la cadence accélérée il devina que cela faisait un petit moment que le pauvre bougre s’échiner à le réveiller sans rentrer dans les appartements.

Naelys !

Ouvrant la porte

  • Pardon. Et merci. dit il en écartant à la hâte le jeune sous officier.

Naelys devait s’être réveillé, il parcourut les couloirs au pas de course et arriva devant la chambre de Naelys, de nombreux médecins s'affairer à l’intérieur et quelques uns étaient devant la porte.

  • Est t-elle réveillée ?

Surpris et marquant un temps d’arrêt avant de répondre l’infirmière fit signe que oui.

  • Si elle est reposée et stable je vous demanderai de quitter la pièce et de me laisser en privé avec elle.

L’infirmière toujours aussi intimidée hocha à nouveau la tête et transmit la demande aux médecins présents dans la pièce. Très rapidement le médecin chef vint faire son rapport assurant à Tal’Ri que tout allez bien et qu’il pouvait s’entretenir avec, bien qu’elle reste très faible.

Tal’Ri entra dans la chambre

  • Je vois que tu fais cette impression à beaucoup de femmes. dit elle d’une petite voix.

  • Impératrice je..

  • Pas ici. Pas maintenant Tal’Ri, s’il te plaît. Coupa Naelys

  • Tu as raison Naelys, excuse moi.

  • Viens là. Dit elle en tapotant le bord de son lit. Alors comme ça ma soeur m’a confié à toi ? Je me souviens plus de grand choses juste la douleur, surtout la douleur.

Tal’Ri se dirigea vers le lit et s’assit avec toute la précaution du monde et lui raconta tout dans le détail, Zéphyria lui avait fait parvenir des rapports et détails sur l’opération de Rayvax. A l’annonce que sa soeur était partis bille en tête pour la venger Naelys eut un frisson mais ne dit mot.

  • Tu sais maintenant que ta santé n’est plus en danger et que des soins plus approfondis on était pratiqué, si tu estimes que ta soeur a fait un mauvais choix je t’emmènerais en territoire Akhénien, chez les tiens. Je ..

  • J'aurai préféré qu'elle soit auprès de moi, je lui ai causé trop de torts pour qu'elle continue... Ce qui s'est passé est encore trop confus pour moi. Dit elle avec le regard perdu

Sa tête au dessus du front et jusque dans le le cou et ces avant bras était recouvert de bandage et d’une lotion régénératrice, les blessures causer à ces endroits étaient légères mais clairement pas superficielles. La partie inférieure de ces jambes était tenu par un exosquelette qui maintenait en place ces chevilles meurtries tout en lui laissant un peu d’air. Elle avait bénéficié de ce qu’il y avait de mieux en matière de soins médicaux.

Tal’Ri nota de ne pas oublier de féliciter, remercier et récompenser l’équipe de médecins qui avait été à son chevet nuit et jour.

  • Tu me parais songeur. Dit elle d’une voix plus sûre et plus clair qu’au début

  • Non, je souffle juste enfin. Je dois admettre que te voir saine et sauve et reprenant des forces m’enlève un poids au coeur..

Tal’Ri repris rapidement

  • Les médecins m'ont dit que tu étais déplaçable dans un fauteuil, ça te tente ? affichant son sourire à qui on ne refuse rien

  • Hoo oui, ces derniers jours.. semaines.. on était très long, je dis pas non.

  • Parfait ! J’ai une chose à te montrer.

Tal’Ri la porta très délicatement pour l'installer dans un fauteuil équipé de rétro propulseur et la dirigea à travers l’aile de l'hôpital, elle constata presque gêner le dispositif à son service mais encore une fois, ne dit mot.

Arriver devant une porte menant visiblement sur l’extérieur de l’hôpital Tal’Ri passa devant Naelys et se mis à genoux devant elle.

  • Je sais que tu as passer plus de temps qu’il n’en faut endormi et les yeux fermés mais pour la sécurité de tes yeux et pour garder la surprise ferment les. dit il avec un ton protecteur

Naelys s'exécuta visiblement curieuse et joueuse comme à son habitude. Content qu’elle est conservée ça intact de toute cette barbarie.

Tal’Ri poussa la porte et mena Naelys dehors, l’air frais et pur leur caressa le visage, l’étoile du Système était à son midi, il faisait la température idéale pour être dehors et un calme impérial régner. Elle sentit le déplacement un petit moment quand tout à coup l’air se fit un peu plus frais et Tal’Ri réajusta les couvertures de Naelys.

  • Tu triches pas hein ? dit il avec un petit sourire satisfait

Naelys s’esclaffa :

  • Ho que non trop contente de passer un bon moment uniquement par les sens sans que ce soit trop douloureux.

Tout à coup Naelys sentit le bruit des pas de Tal’Ri sur ce qui semblait être du bois, il s’arrêta et se plaça debout à son côté.

  • Tu peux ouvrir les yeux maintenant.

Naelys les ouvrit tout doucement, se ré habituer à la lumière naturelle demander un petit temps. Quand elle récupéra enfin toutes ses capacités elle contempla le spectacle d’une nature magnifique et intact.

Ils se tenaient sur le bout d’un ponton en bois sur les rives de la mer intérieure du continent principal de Thélona. Cette mer était surtout un immense lac d’un bleu pure directement tiré de la fonte des glaciers présent aux sommets des chaînes de montagnes entourant la mer tout autour d’eux. Face à eux l’immense étendu du lac et en fond une véritable toile de peintre, une chaîne de montagnes immenses aux monts enneigés perpétuellement, une forêt verdoyante de pin entourés le complexe médical et les environs immédiats mais la position sur ce ponton donner une vision panoramique hors normes.

  • C’est .. magnifique. dit elle

Furtivement et délicatement Naelys prit la main de Tal’Ri dans la sienne, comme à son habitude, sans dire un mot.

Ravager, 15 août 2017, 16h53

Zolored

Une infirmière entra dans la chambre de Naelys:

  • Bonjour, vous vous sentez bien aujourd'hui?

  • Oui, ça va.

  • Je vais procéder aux derniers tests avant de valider votre sortie.

  • Allez y.

Le dernier jour pensa-t-elle.

Enfin guérie? Malheureusement non, mais assez pour être transférée et quitter son centre de soin intensif. Il ne manquerait que du temps pour qu'elle guérisse totalement, pour l'instant il lui fallait quelqu'un sur qui se reposer pour avancer mais ça ne faisait rien, la guérison poursuivrait sa route tranquillement et pousser dessus n'arrangerait rien. Naelys ne pouvait qu'attendre et patienter. L'infirmière procéda à divers examens en compagnie d'un des docteurs qui accompagnait l'impératrice depuis son admission au centre de soin. Aucune remarque ne fût dite, seuls quelques recommandations furent données.

Quelques instants plus tard, un homme aux couleurs de l'empire entra dans la pièce.

  • Enfin un peu de rouge parmi tout ce blanc! Content de te voir fantome.

  • Moi aussi impératrice, je vais vous ramener au seul endroit digne pour vous.

  • Si tu es là c'est que tout est prêt, tu as toujours eu horreur d'attendre.

  • La flotte est prête, la patience n'est toujours pas ma principale qualité, heureusement ce n'est pas ce qu'on me demande. il sourit largement

  • On ne va pas tarder ne t'en fais pas. Tu verras ça va te changer des missions de combats, pars devant j'attends encore Tal'Ri...

  • J'ai entendu parler de lui. Je suppose du coup que j'ai un peu de temps devant moi si j'en crois ce qu'on raconte...

  • Vas t'en! en tirant la langue

Le Maréchal Fantome, ami de longue date de Naelys s'en alla vers le spatioport cédant sa place au Doge Tal'Ri entrant dans la pièce. A la simple vue de Tal, Naelys commença à sourire bêtement, il avait été son réconfort depuis qu'elle était arrivée ici. Seul les moments qu'elle passait en sa compagnie rendait le traitement médical supportable. Sa soeur Zéphyria étant toujours engagé dans une opération de représailles à l'encontre de Rayvax, Tal'Ri était le seul présent pour Naelys. D'un coup l'idée de quitter cette planète lui sera le coeur... Pour la première fois ses obligations dues à son rang lui semblait moins important que d'être aux côtés de la personne en face d'elle. Tal'Ri souriant en voyant Naelys, s'adressa directement à elle:

  • Bonjour Naelys.

  • Bonjour mon Tal.

  • C'est le moment, tu t'es assez remise pour pouvoir rentrer.

  • Oui malheureusement, même si je suis bien contente de me rétablir comme prévu.

  • Alors pourquoi malheureusement?

  • Il se peut que ce soit grâce à toi...

  • Je fais de mon mieux pour que tu te rétablisse vite, il va falloir que je me réhabitue à "impératrice".

  • Aucun risque, je ne t'ai pas fais passer cette habitude pour que tu la reprenne!

Tal'Ri s'approche doucement du lit où est assise Naelys

  • Tu dois vraiment partir? Je veux dire, tu ne veux pas rester encore un peu?...

  • Nous avons tous les deux des obligations, je ne veux pas être un poids mort pour toi et t'empêcher de bien diriger ta faction. Je vais bien mieux depuis que tu prends soin de moi. ( se mentant à elle-même se fichant bien des répercutions d'une absence, son seul désir à l'instant étant de pouvoir rester le plus longtemps auprès de lui... )

  • Nous sommes bien obligés...

  • Appelle-moi quelqu'un, je ne tiendrai pas jusqu'à la porte.

Tal'Ri hocha la tête, se retournant en direction de la porte. Après un pas, il s'arrête et se retourne vers Naelys

  • Reste...

Le coeur de Naelys se mit soudainnement à battre bien plus fort, elle sentait également le rouge monter jusqu'à ses joues. L'impératrice ce rejetta en arrière sur son lit, la réaction de Tal'Ri était exactement ce qu'elle attendait, elle ne voulait pas partir, pas sans lui. Pourtant, l'idée de rester la mettait mal à l'aise, sa faction avait besoin d'elle, sa soeur étant toujours en chasse. Elle revit chaque instant de sa convalecence, chaque jour il était là, présent pour elle dans ces moments parfois si dur. Sa décision ne faisait plus aucun doute, elle voulait rester le plus longtemps possible auprès de lui .

  • Naelys se leva et avança vers Tal'Ri oubliant un instant ses blessures. Elle trébucha ne pouvant continuer et manquant de tomber avant d'être rattrapée par le Doge, la serrant dans ses bras*

  • Oui Tal'Ri... Je veux rester avec toi, bien plus que tout autre chose.

édité le 23.08.2017, 23:55

Zolored, 23 août 2017, 23h54

Répondre

Se connecterou Créer un compte

Vous devez être connecté pour poster un message