Forum Roleplay The Asylam-Bar IV (RP ouvert) - Renaissance

 The Asylam-Bar IV (RP ouvert) - Renaissance

Falmala

Ce RP est totalement ouvert et libre, même pour ceux qui n'ont jamais fait de RP. Respectez simplement chaque participant.


L'Asylam-Bar est un lieu convivial intergalactique et inter faction, qui réuni les gouverneurs de tous les horizons. Cet établissement aux aspects assez neutres, donne une sensation de bien être et de sécurité. Sur sa devanture il n'y a aucune couleur de faction; uniquement son enseigne.

enseigne

L’intérieur est fait de bois divers qui est habillé de tentures brodées de scènes intergalactiques. De larges et gros fauteuils vous invitent à venir prendre un repos bien mérité. Un grand bar avec de hauts tabourets qui semblent très confortables, vous appel à venir commander une boisson. Dans le fond de du bar, il y à une table de billard ainsi qu'un jeu de fléchettes, qui permettent de régler les différents à coups de points au lieu de poing.

Venez tous boire un verre et partagez vos récits, frustrations et découvertes avec d'autres personnes. Le barman est une bonne oreille et il saura vous écouter.


Falmala, 8 jan. 2017, 16h14

Sebrutus 1er

Un vieil homme entre dans le bar. Il porte un gros manteau en fourrure aux franges usées et un épais pantalon en fibres grossières et dont les coutures ont sauté en de nombreux endroits. Alors que sa présence semble avoir jeté un froid dans le bar, l'homme redresse la tête et laisse apparaître un visage métallique, jonché d'implants divers. Le silence régnait dans l'établissement populaire, d'ordinaire gay et bruyant. Le vieille homme se mit à rire. On aurait dit le sifflement du vent retentissant contre une porte, un soir de tempête hivernale. Le patron de l'Asylam-Bar qui se trouvait alors derrière le comptoir s'écria d'une voix peu sûre:

  • Excusez-moi cher Monsieur, pouvons-nous faire quelque chose pour vous? Vous voulez un rafraîchissement ? De quoi manger peut-être? Si ce n'est pas le cas, je vous prie de bien vouloir vous en aller. Vous voyez bien que vous déranger ma clientèle.

  • Je suis venu délivrer un message. Répondis le vieillard.

Un jeune homme se leva et jeta :

  • Vous êtes un prophète des Marches de Cardan?! Désolé mais cet endroit n'est pas un lieu de propagande. Votre charabia eschatologique ne nous intéresse pas.

Le vieillard tourna la tête et fixa son interlocuteur. Ses yeux bioniques faisaient des rotations saccadée comme celle d'un vieux scanner robotique. Le jeune homme mal à l'aise se rassit et sirota nerveusement son cocktail. Alors que les discussions reprenaient doucement dans la salle, le vieux technomancien cria :

  • Il est revenu!

  • Qui? demanda une femme debout à sa gauche.

  • Le grand Empereur qui combattit à la Porte des Novas. Le Richissime qui appuya l'offensive Négienne lors de la Nouvelle Aube. Celui qui s'était cryogénisé lors de la révolte Seldarine. Sebrutus 1er!

édité le 08.01.2017, 20:55

Sebrutus 1er modo, 8 jan. 2017, 20h55

Jj22

Sur cette planète de neige je vis au loin un vaisseau. A qui pouvait il bien appartenir avec toutes ces lumières ? Je m'approchai et vis à l'intérieur un grand manteau mais il n'y avait personne comme abandonner ou bien mal cacher pour éviter un vol. J'essayai de rentrer dedans mais la porte était fermée. Que faire ? Puis je me souvins du cadeau que m'avait Mon Baron Azgar de Kovahk. L'ouvreur de porte. Je l'introduisis dans la serrure, il fonctionna. Une fois entré, je fis le tour du vaisseau et je découvrit un feuille. Puis plus loin un manuscrit : "L'art de la guerre" en bas le nom de l'auteur avait disparu. Je l'ouvris et je vis que c'était un manuscrit. Je commençai à le feuilleter et vis qu'il était signé : Sebrutus premier. Je pris peur et me mis à fuir.

Jj22, 12 jan. 2017, 21h02

Jj22

J'entrai dans le bar. Je me mis a crier : -le grand Sebrutus 1er est de retour ! Prenez garde ! Puis une personne se mis à me tirer sur la manche et m'entraîna au fond du bar. - Chute, il est déjà là ! Va avertir les contrées environnante ! Je me mis alors à courir. Je pris mon alpha Jet et pris direction Kovahk, Le grand Baron devait l'apprendre.

Jj22, 14 jan. 2017, 11h26

Kern

Synelle se développait plutôt bien, il était temps de s'assurer qu'elle resterait en paix, consacrée à l'étude, à la philosophie et au commerce. L'Archiviste était en passe de prendre le pouvoir, dans une volonté de partage des responsabilités. Voilà qui était bien.

Le vaisseau se posait à l'Asylambar, Kern entendait la radio interne du pilote annoncer l'arrivée.Les gardes formaient une haie d'honneur jusqu'à la passerelle de sortie. Quelques nobles syn accompagnaient le vieil homme, jeunes et plein de vitalité. Lui, qui avait défié la mort plus longtemps qu'aucun humain avant lui, commençait à être fatigué. Il avait déjà repoussé l'échéance plus loin que quiconque, et avait vu plusieurs générations passer. Ceux qui l'avaient connu dès leur naissance à l'époque où il était encore jeune se demandaient comment, ne comprenaient pas, ont même parfois craint que quelque pacte sombre avec une puissance cachée de l'univers fut à l'origine de cette incroyable longévité. La vérité était bien plus simple, et bien plus difficile à la fois.

Il neigeait. C'était bien la première fois que Kern assistait à pareil spectacle ici. Ajustant sa cape pour couvrir son cou, il se dirigea vers la porte bien reconnaissable de l'Asylambar, en repensant aux nombreuses fois où Sikarep l'avait défoncée. Qu'ils sont loins, ces temps, avec la belle Falmala, et Victoria, Victoria...

Dès qu'il entra, il sut que quelque chose n'allait pas. Il n'y avait aucune chaleur en ces lieux, l'atmosphère était de glace. Le malaise prit aussitôt Elbert et Tania au coeur, les deux nobles sentirent le frisson gelé sous les cuirs et les fourrures.

Kern s'avança, d'un oeil sévère, cherchant l'origine de ce mal qui envahissait la pièce. Les personnes présentes le dévisageaient d'un air effrayé à son passage, mais il n'était pas la cause de leur effroi. Puis il le vit.

Il était de dos, mais Kern savait qu'il avait senti sa présence. Le conseiller Syn devinait l'horrible sourire se dessiner sur les lèvres de l'homme. Lui aussi avait vieilli, mais il avait recouru aux implants pour tenir plus longtemps. Il devait désormais être plus machine qu'homme. Sa présence ne pouvait vouloir dire qu'une chose.

  • Elbert, retourne au vaisseau, et préviens la flotte.
  • Les prévenir ? Mais de quoi ?
  • Du retour de l'Empereur.

Elbert ne comprenait pas, il n'en hocha pas moins la tête et courut hors du bar.

Kern, 14 jan. 2017, 14h19

Cecil Baetz - RIP

Cecil jeta un œil par la vitre blindée du sas de sécurité de la porte de l'asylambar. Une ambiance sombre, festive et inquiétante y régnait. Elle allait pousser la porte, hésita et renonça.

Elle appuya un pied contre le mur, sortit une crypto-clop, prit une grande bouffée d'oxygène et releva la visière de son scaphandre pour avaler une bouffée de son poison préféré.

édité le 14.01.2017, 19:58

Cecil Baetz - RIP, 14 jan. 2017, 19h57

Cecil Baetz - RIP

Cecil vit un homme courir hors du bar, tellement affairé, qu'il la bouscula au passage.

  • Bordel, le c... lâcha-t'elle

  • Ca vous emm..... de vous excuser!!! hurla-t'elle encore à l'inconnu

Sa crypto-clop était tombée dans la bouillasse de merde qui se répandait sur cette planète depuis des Strates, hors de question qu'elle la remette en bouche.

"Il y a déjà bien trop de malades et de gars barrés qui risquent de raccourcir mon espérance de vie, sans que je laisse, je ne sais quelles bestioles et bactéries, me la pourrir d'avantage!" pensa-t'elle.

Elle sortit son paquet et allait s'en griller une autre.

édité le 19.01.2017, 19:59

Cecil Baetz - RIP, 17 jan. 2017, 17h31

Sebrutus 1er

L'accord venait d'être ratifié. C'était fait. Quatre des plus grandes puissances bancaires de la province de Negora venait de se lancer dans le projet le plus fou de tous les temps, le B-Project.

Il pensait pouvoir le faire. Ensemble c'était possible. Un jour, le B-Project aboutira et là, personne ne croira cela possible et pourtant ils le verront de leur propres yeux.

Vous voulez connaitre le B-Project? Soutenez nous et vous le connaitrez bien assez tôt. Faites du commerce avec les Négiens et toutes les richesses, je vous le jure passeront vraiment par Négore.

Sebrutus 1er modo, 22 jan. 2017, 21h24

Cecil Baetz - RIP

Cecil avait vu passer l'illustre Sebrutus 1er, membre de sa faction, mais elle lui avait tourné le dos pour ne pas avoir à le saluer.

Elle n'avait rien de particulier contre lui, mais elle n'appréciait guère ses méthodes d'enrichissements puantes et égoïstes. Elle n'appréciait tout simplement pas tous ces commercants avides de crédits, plutôt que d'une bonne guerre pour faire régner la faction de Negore sur l'univers tout entier.

Elle soulevait la vitre de son scaphandre, crachait son dédain dans la bouillasse encore remuante du passage de l'individu. Elle retenait encore un peu sa respiration et en profitait pour tirer une taffe sur sa crypto-clop.

édité le 22.01.2017, 22:17

Cecil Baetz - RIP, 22 jan. 2017, 22h15

Cecil Baetz - RIP

Cecil n'avait pas bougé, fumant crypto-clop sur crypto-clop, ingérant des packs de Gastrodrinks multivitaminés et des pastilles de Goarana-cocoa-coffee pour tenir le coup.

Elle n'aimait pas perdre de temps, ni en discussions futiles, ni en pause de repas inutiles et encore moins en heures de sommeil non-productives.

Elle attendait. Elle savait pertinemment qu'elle n'avait pas le choix.

Le bruit des discussions et des verres qui s'entrechoquaient, à l'intérieur du bar, venaient parfois la sortir de ses pensées. Elle attendrait dehors, hors de question de rentrer seule dans cet établissement remplit d'inconnus et d'individus qui ne cesseraient de l'harceler de questions.

édité le 25.01.2017, 22:44

Cecil Baetz - RIP, 25 jan. 2017, 22h38

Jj22

- Moi guerrier Falaza vous propose de venir prendre un verre avec moi pour me consolé de cette fête raté.

édité le 26.01.2017, 20:50

Jj22, 26 jan. 2017, 9h14

Cecil Baetz - RIP

- ... prendre un verre avec moi...

Cecil plongée dans ses pensées et dans la fumée de crypto-clop, leva les yeux, un kovakare.. Pffff...

Elle n'avait pas bien compris la raison de son interpellation, mais l'opportunité de pouvoir se rincer la gorge avec un truc fort l'avait titillée. Par contre, elle avait une sainte horreur des plans dragues, mais encore moins, l'envie d'entrer seule dans le bar.

- Ecoute mon gars, ne crois pas une seule seconde, à une seule possibilité que tu pourrais avoir dans ta caboche d'armateur de l'Essaim! lui lança-t'elle sur un ton autoritaire.

Cecil avait reconnu le sigle de la ligue des armateurs de l'essaim sur son épaule droite. Visiblement, il tenterait de l'impressionner avec ses chantiers de Ligne, mieux valait le rabaisser un bon coup dès le départ.

- Je viens, mais je parle si je veux, et tu as intérêt à dire des trucs intelligents, je déteste les futilités!

Elle prit fermement le bras du kovakare et dit - Bon, on rentre dans ce bar ou est-ce que tu vas rester là avec ton air de Merlan frit?

édité le 26.01.2017, 13:26

Cecil Baetz - RIP, 26 jan. 2017, 12h39

Jj22

Super ! Un verre avec elle mais son insinuation me mis un doute sur la possibilité de réussir. Mais j’avais bien vu que cette proposition lui avait fait plaisir ou sinon c'était juste d'avoir quelqu'un pour l'accompagné qui lui faisait plaisir mais bon j'était avec elle.

- Que choisirez vous? Moi j'aime bien les brunes. Je parle des bières, bien sur.

Qu'avais-je dit. Quel idiot je fait dire une chose pareil en face d'une fille un peu rebelle, mais bon je verrai bien sa réaction. Ses couleurs étaient super et cette tenu lui allait à merveille même si elle est de Négore et leur volonté de faire du commerce me charmait. Si je n'avais pas été chez Kovahk je les aurait rejoins mais je voulais rester à fidèle à ma patrie.

Il allait tenté une nouvelle approche mais il voyait bien qu'elle avait l'air distraite.

- Vos partenaires sont sympathiques avec vous et les constructions ne sont pas trop difficiles?

édité le 26.01.2017, 20:49

Jj22, 26 jan. 2017, 20h48

Cecil Baetz - RIP

Falaza ne cessait de parler, parler, parler, mais Cecil n'arrivait pas à suivre son flot de paroles ennuieuses. Elle acquiesçait par pure politesse, lui jeta quelques regards et surveillait la salle. Elle visa directement les whisfoins surmaturés, tourbés et vieillis en fûts de vrais bois d'arbre pendant 40 Strates.

Quoi!!?!?! 10'000 crédits le verre de 4cl!?!?! Ces aubergistes ne sont que des voleurs qui vivent que pour nous planter dans le dos, les tessons de bouteilles que nous vidons à leur bar!!!!!!

Cecil était furieuse, elle détestait l'injustice et les mécréants commercants qui pourrissaient la vie des petites gens. Mais un whisfoin "Moon Walker" surmaturés, tourbés et vieillis en fûts de vrais bois d'arbre pendant 40 Strates... Son arôme et ses vapeurs épicées lui faisaient frissonner les neurones. Elle se tourna vers son hôte falaza, lui offrit un magnifique sourire. Enfin ce que lui avait appris à faire lorsqu'elle avait à peine quelques segments, car les émotions n'étaient pas son truc, elle n'y comprenait pas grand chose.

Falaza! Ces arracheurs de dents n'y vont pas avec le dos de la cuillère, 10'000 crédits le verre de "Moon Walker"!!!!! Mais il est divin, cela fait des strates que je n'en ai plus goûté! À ce prix, il est bien plus avantageux de prendre une bouteille... Vous n'allez pas me refuser ce petit plaisir, mon p'tit falaza????

édité le 28.01.2017, 9:15

Cecil Baetz - RIP, 28 jan. 2017, 9h07

Zolored

Un jeune homme entra dans l'établissement, un peu plus d'un mètre quatre-vingts aux cheveux sombres et en bataille contrasté par ses yeux bleus foncés.

Il était vêtu d'une combinaison noire et une largue tunique bleu-roi. Seul une petite insigne sur sa combinaison indiquait son rang de baron de kovahk. Si l'on ne faisait pas attention on ne la remarquait presque pas, enfin bon un guerrier reste un guerrier dirions nous.

En entrant, Zyrios reconnu sans soucis Falaza discutant près du comptoir. Il lui adressa un sourire avant de se diriger vers une table pour commander a boire. Son poste lui laissant rarement l'occasion de se détendre, heureusement pour lui, il y avait toujours quelqu'un d'intéressant au bar avec qui discuter un peu.

Zolored, 28 jan. 2017, 22h08

Cecil Baetz - RIP

Cecil avait que peu d'attention aux comportements sociaux et aux émotions. Mais elle le vit arriver, grand, regard perçant, sourire éclatant. Elle détourna un instant le regard de la bouteille de "Moon Walker" pour retourner le sourire qu'elle avait crut lui être adressé.

Puis son regard croisant à nouveau la bouteille, elle lança encore une fois désespérément :

- Falazaaaaaa, alors cette bouteille, vous la commandez? Cela me ferait tellement plaisirrrrrrrrrr!

Elle tenta de lui faire le regard du caramel mou mi-salé. Yeux mi-clos, demi-sourire, lèvres charnues... Une technique de sociabilité apprise avec son techno-sociologue traitant.

édité le 29.01.2017, 9:57

Cecil Baetz - RIP, 29 jan. 2017, 9h51

Jj22

Falaza ne pouvait résister à un sourire si charmant telle que celui que Cecil venait de lui offrir alors il leva sans hésiter son porte-monnaie et cria :
- Serveuse, une bouteille de "Moon Walker" à boire maintenant et une bouteille à empoter ! Emballez la bien c'est pour cette jeune demoiselle.

Il n'avait pas peur de manquer de crédits, ses populations lui en fournissaient plus que la normal ayant comme commandant une personne attentionné. Il pouvait donc bien s'offrir se petit plaisir. Puis il vit à l'entré son baron qui lui souriait il fit juste un petit salut puis se retourna vers son centre d'attention qui avait l'air de plus intéresser à lui.
- Voudrez vous bien me raconter un peu votre vie. Comme je vous m'avez écouté, maintenant j'aimerai bien vous écoutez autour d'un de ces verre de 'Moon Walker' qui me semble de très bonne qualité. Vous avez l’œil apparemment.
Falaza avait testé le tout pour le tout pour rester encore un peu avec elle. Il ne faudrait pas que quelqu'un ne viennent casser cette instant merveilleux.

édité le 29.01.2017, 14:16

Jj22, 29 jan. 2017, 11h28

Kern

L'ambiance de l'Asylambar s'était quelque peu réchauffée. Nul ne songeait au retour de Sebrutus désormais, la plupart des clients venaient d'arriver. Elbert avait lancé la nouvelle sur le transpondeur via plusieurs fréquences, mais nulle réponse ne vint. L'information s'était évanouie dans les tréfonds de l'univers.

Tania restait aux aguets, la main posée sur son sabre qui pendait au côté. Kern lui posa une main sur l'épaule, lui signalant que le danger était passé.

Il reconnut quelques visages, lui passait inaperçu désormais, la vieillesse l'avait rendu invisible aux yeux des gens. Il regarda ce jeune baron de Khovak. Vitalité, ardeur, insouciance, il se revoyait presque comme dans un miroir à l'aube de ses jeunes années. Le pouvoir les parait d'éclat, tandis qu'il était devenu un fardeau pour le vieil homme. Il alla s'asseoir dans une alcôve, faisant servir des boissons à Elbert et Tania, tandis que lui se contentait d'eau désormais.

Perdu dans ses pensées, il ne vit pas la créature au long cou s'asseoir en face de lui. Il sentit rapidement en revanche l'aura de peur et d'effroi émanant d'elle, encapuchonnée et vêtue d'une longue robe de bure noire. Il sentit Tania et Elbert pétrifiés derrière lui. Il avait cependant trop tutoyé la mort et la peur pour que celle-ci le prenne encore au coeur.

  • Monseigneur, débuta la créature, enfin je vous trouve.

Kern, 29 jan. 2017, 15h20

Falmala

Mélyssandre avait décidé qu'il était temps qu'elle fasse sa petit fête pour sa nomination entant que Doge. Cela faisait longtemps qu'elle rêvais d'avoir une occasion d'inviter toute la galaxie de l'oeil à une véritable fête Négienne. Elle s'était rendu à l Asylam-Bar dont la réputation n'était plus à faire. Son ancienne propriétaire y avait fait les fêtes les plus spectaculaire de la galaxie. Elle espérait juste que les propriétaires actuels étaient tout aussi doués.

Elle s'était rendue au bar avec un de ses vaisseau tout neuf , il allait faire bonne impression. Les gardes qui l'accompagnaient fur prié de rester a bord. Ils n'avaient pas été ravi de cette nouvelle mais ces terres étaient neutre depuis de lustres et cela ne semblait visiblement pas avoir changé. Elle n'avais encore jamais mis les pieds ici et observa la devanture de l'établissement avec un sourire enjoué. Il semblait comme neuf, la technologie de nos jours faisait des merveilles.

Elle poussa la porte du bar avec lenteur et une douce lueur tamisée et accueillante s'offrit à elle. Une odeur de bois et de cire remplissait l'air, avec une soupçon d'alcool et de transpiration. Elle se glissa par l'ouverture de la porte et observa de ses grands yeux vers émeraude les décorations. Elle murmura pour elle même :

- Cet endroit est superbe

Mélyssandre portait une longue robe de velours d'un mauve lavande qui épousait parfaitement les courbes de son jeune corps. Son dos était dénudé et seul de longs cheveux aubruns y caressait la peau au rythme de ses pas. On pouvait entre apercevoir au creux de ses reins un tatouage d'une fleur de lotus entourés d'entrelas délicats. Elle se dirigea vers le bar et héla le barman.

- Que puis-je pour vous ? fit il d'une voix grave

- Bonjour mon cher, j'aurais besoin de parler au propriétaire des lieu ... je voudrais organiser une grande fête et pour cela j'aurais besoin de vos locaux ..... surtout ceux-là.... Elle montra le sol du doigt

Le barman s'illumina, cela faisait longtemps qu'on avait pas fait de fêtes ici.

- Je vais vous le chercher, veuillez patienter

En attendant son retour Mélyssandre se retourna et observa la salle avec une mine réjouie. Elle y vit attablé deux un homme et une femme, elle reconnu Cecil un des membres de sa faction. Elle ne savait pas trop si elle ennuyait ferme ou non. L'homme avec elle semblait être enjoué et n'avait d'yeux que pour elle.

Quelque part au fond de la salle un homme était assis dans une alcôve ... il semblait seul et perdu dans ses pensées. Son regard fureta plus loin dans la salle ou une autre table était occupée par un jeune homme aux cheveux sombres. Elle lui rappelait quelqu'un .... la tunique qu'il portait était parfaitement adapté a ses superbes yeux bleu sombre. Il était magnifique ....Elle du sourire et resta quelques instants a l'observer, lorsqu'il leva les yeux elle le reconnu .... le baron de kovahk... elle n'avait pas l'habitude de le voir hors de toutes ces réunions et visions holographiques. Elle lui fit un signe de tête en guise de salut et détourna les yeux rapidement elle l'avait déjà bien assez longtemps observé ouvertement. Elle tenta de se concentrer sur les autres occupants le temps que le barman revienne.

édité le 31.01.2017, 22:22

édité le 31.01.2017, 22:23

Falmala, 31 jan. 2017, 22h16

Zolored

Assis tranquillement à sa table, Zyrios se perdait dans ses pensées... Depuis sa nomination à la tête de Kovahk, il n'avait pas le temps pour lui, heureusement il pouvait compter sur son gouvernement. La nomination d'un nouveau chambellan occupait principalement son esprit, Sherilyn l'avait impressionnée plus d'une fois par sa détermination. Une petite cérémonie d'intronisation aurait lieu au palais de Kovahk en présence du sénat au complet, Zyrios était ravie de pouvoir faire plaisir à son nouveau bras droit tant elle était dévouée. Parmi ses nombreuses pensées, la vérification de l'application des lois, plusieurs inaugurations sur divers planètes, rencontre avec de nouveaux partenaires commerciaux, la liste était plus que chargée. Être baron donne beaucoup de devoir envers sa faction, mais les guerriers kovahkarhs semblaient satisfaits.

Revenant à lui Zyrios releva les yeux avant de remarquer Mélyssandre l'observer. Elle lui fit signe de la tête l'air gênée, une légère teinte rose lui montant aux joues. Zyrios ne put s'empêcher de lui répondre par un léger sourire, être baron avait aussi ses avantages...

Il se leva de la table pour se diriger vers Mélyssandre qui se tenait toujours adosser au comptoir. Sa longue robe mauve contrastant avec la couleur du bois environnant la magnifiait, on devinait aisément sous le velours les délicieuses courbes de la dogarsse capable de facilement faire chavirer n'importe quel homme.

-Bien le bonsoir Mélyssandre, un plaisir de vous voir ici! Nous n'avons que peu l'occasion de nous rencontrer de vis-à-vis, c'est bien dommage, les hologrammes ne peuvent malheureusement pas retranscrire toute l'élégance de votre beauté...

Avant qu'elle puisse répondre, le barman réapparut derrière son comptoir adressant un large sourire à la dogaresse de Négore.

édité le 01.02.2017, 20:41

Zolored, 1er fév. 2017, 13h42

Cecil Baetz - RIP

Cecil se leva, le verre à la main, se dirigea vers le fond du bar.

Elle fit face au baron Zyrios, leva son verre et le lui jeta au visage.

Les conversations se turent, les mouchent cessèrent de voler et Zyrios était éberlué. Mais avant même qu'il puisse réagir ou la maudire, la jeune femme lui dit:

-vous m'avez regardé de travers! et elle fit demi-tour.

édité le 02.02.2017, 3:30

Cecil Baetz - RIP, 2 fév. 2017, 3h29

Jj22

Falaza resta bouche bée devant l'audace et le savoir faire de Cecil. Cependant, elle avait fait un affront à sa faction. Mais il allait attendre pour entendre une justification ou subir l'absence de cette belle femme. Il verrait bien sa réaction. Quand au grand homme au fond de la salle et avec une personne de synelle devenait étrange car une atmosphère froide planait au dessus d'eux.

Jj22, 2 fév. 2017, 7h18

Kern

Quand le baron de Khovahk fut aspergé par une commerçante aux couleurs de Négore, l'assemblée resta bouche bée. Elbert et Tania furent soudainement tirés de leur effroi et sortirent de l'alcôve pour guetter d'éventuelles réactions. La dogaresse négienne attrapa prestement un torchon, l'arrachant presque au bras du barman dont l'inaction n'avait pas du être appréciée. Les deux officiers syns aperçurent le regard noire que la dirigeante de Négore lançait à sa compatriote. Ils avaient totalement oublié la présence de leur seigneur, ainsi que celle du mystérieux intrus. Ils avaient même oublié ce qu'ils faisaient là. Ils ne se retournèrent pas.

Kern lui était aux prises avec l'inconnu. Aucun mot ne sortait de ses lèvres, mais il entendait sa voix dans sa tête. Il grimaça. Une douleur intense le pressait aux tempes, lui faisant serrer les poings.

  • Je vous ai longtemps cherché, conseiller Kern.

Le vieil homme ne pouvait pas répondre, la douleur était trop intense.

  • Vous savez que vous avez vécu plus qu'un humain ne le devrait. Vous avez connu les guerres, les intrigues. Vous avez vu les empires se faire et se défaire. Vous n'avez jamais été loin du pouvoir, noble Kern. Mais aujourd'hui vous dépérissez. Je sais que vous sentez la fin approcher. Je connais votre peur du vide, la crainte du néant qui suivra. L'horrible angoisse qui vous anime, de vous éteindre et que votre nom s'efface avec le temps qui le dévorera inéluctablement.

La douleur était insupportable. Le vieux seigneur réussit difficilement à ouvrir les yeux, fixant son interlocuteur avec une rage qu'il n'avait pas ressenti depuis longtemps. Il n'arrivait toujours pas à parler, grognant de souffrance, mais dans un élan de colère il dégaina son poignard et le planta profondément dans le bois de cèdre.

  • Laissez libre cours à votre rage, monseigneur. C'est elle qui détient toute l'énergie dont vous avez besoin. Vous savez vous libérer de mon emprise, la vieillesse a peut-être diminué la hardiesse de votre bras ou la robustesse de votre corps, mais vous avez toujours en vous la force nécessaire.

Que pouvait donc bien vouloir ce satané marchand de sommeil avec ses délires ? Kern avait en horreur les manipulateurs, ceux qui tentaient d'abuser d'autrui à leurs propres fins. Pourquoi cette créature le mettrait-il à l'épreuve dans le simple but de l'aider à s'en libérer ? Elbert et Tania paraissaient si loin, cachés par un voile noir de vents et de mensonges. Ils ne pouvaient pas l'aider, il le savait en lui.

  • Souvenez-vous votre fille, monseigneur. Celle qui est morte après avoir rejoint votre ennemi, celle qui a été tuée par vos anciens amis seldarins alors qu'elle arborait les couleurs impérialistes sur l'orbite de Koloss.

Ania.. Des dizaines de segments s'étaient écoulés, mais la blessure était toujours aussi vive. Comment ce vil être à la langue de vipère pouvait bien savoir ? Il était dans sa tête, et c'était une chose que Kern ne pouvait tolérer. Il se concentra, mettant de côté la douleur dévorante qui lui hachait les tempes. Il sentit l'adrénaline, une chaleur électrisante et oubliée qu'il concentra en lui. Elle circulait en lui, revigorant chaque muscle, chaque organe, chaque veine. Elle devint un feu ardent en son ventre, une énergie intense émanant d'elle. Il la fit remonter le long de sa colonne, il sentit son dos s'alléger, se débarrasser du poids des ans qui l'avait empoussiéré. Une fois la boule d'énergie arrivée à sa tête, une boule de lumière blanche l'aveugla, les yeux toujours fermés. Il ne sut décrire la sensation qui s'emparaît de lui. Nulle douleur, nulle voix ne lui parlait plus, il se sentit comme propulsé hors de ce monde, dans un halo de lumière et de chaleur. Il crut hurler, mais aucun son ne sortit de sa bouche. Il se sentait comme transporté, vers où, il ne le savait pas, mais aucune peur ne l'habitait désormais, aucune douleur.

Etait-il mort ?

édité le 04.02.2017, 14:21

Kern, 2 fév. 2017, 18h31

Ezelweiss

Il y a deux semaine de cela, Eziell Edelweiss reçut un message écrit accompagné de coordonnée planétaire: « Guerrier Ezelweiss de Kovakh, rendez vous au coordonnées indiquées et ainsi, le remède à votre Folie sera trouvé. »

Une simple phrase lui suffit à sauter dans son vaisseau personnel, entreposé dans le hangar, sans prévenir quiconque de son départ. Mieux valait ne rien dire, s'il ne voulait pas que quelqu'un l'en dissuade. Après tout, il ne savait rien de l'auteur de ce message, ni de ses véritables intentions. Mais sait-on jamais...

Il se retrouvait donc là, dans l'immensité de l'espace, en approche de l'orbite de cette fameuse planète, déclarée neutre selon les bases de données de Kovahk. La Fleur Blanche de Kovahk observait le tableau de bord d'un regard circonspect : « Neutre ? Sérieusement ? Une telle planète, sans faction, existe vraiment ? Hum... étrange, elle n'est même pas répertoriée comme étant rebelle.»

Ce jeune guerrier, un peu trop selon certain, fraîchement sorti de l’académie militaire était le maître de la famille Edelweiss. Dernier vivant de cette famille, il en avait pris le pouvoir après la mort de ses parents. Ainsi, la planète Prométhium lui été revenu de droit et il s'était donc retrouvé Guerrier confirmé par la même occasion. Plusieurs personnes s'y était opposées bien sûr, mais lorsque la puissance de la famille Edelweiss avait plus que triplée, plus personnes n'y trouvaient à redire. Cependant ne vous y méprenez pas, certes, sa puissance a triplé mais elle reste tout de même une petite famille pour Kovahk. Comme on n'y trouvait rien à redire sur son droit d'héritage et sur sa façon de diriger son peuple, on le noyait de moquerie, sur son bas-âge et sur sa taille, et de sobriquet tel que « la Fleur Blanche de Kovahk ». Certes, ce surnom peut paraître sympathique, mais allez dire à un Kovahkarh, adorateur du métal, qu'il est une petite fleur blanche... Je ne pense pas que vous vous en sortirez indemne, oh que non. Il s'était donc prénommé Ezelweiss pour légèrement dissimuler le nom de sa famille, renvoyant à la fleur du même nom, pour ne pas subir les railleries des étrangers.

Ces pensées l'irritait au plus au point. Il se mordit la lèvre, à sang : Cette douce douleur et ce léger goût d'hémoglobine le calmaient, du moins pour le moment. Il regarda de nouveau l'écran de son tableau de bord sur lequel était marqué les coordonnées de sa destination. En y repensant, ces chiffres lui rappelaient quelque chose, il était sur de les avoir vu quelque part, mais où ?
Trois bip provenant du tableau de bord le fit sortir de ses rêveries : Le vaisseau été arrivé en orbite, le pilotage automatique venait d'être désactivé. Il passa donc en pilotage manuel et se dirigea vers les coordonnées indiquées. Il ne savait pas trop à quoi s'attendre, et s'était donc équipé de son équipement d'armure favori : entre sa peau et le froid de son armure, il était revêtit d'un habit en nanofibre polymérase de carbone, très léger, très résistant et parfaitement adapté à sa corpulence tel une seconde peau. Quand à son armure en elle même, elle est faite d'un alliage certes moins résistant que la normal, mais très léger et peu encombrant dû à sa finesse. En terme de ratio poids/résistance, elle était la meilleur de sa catégorie. Dans son dos, il portait une lame de 60cm et deux autres plus petites, au dessus de son fessier, étaient maintenu horizontalement et disposaient de façon à ce que chacune de ses mains puissent en attraper une. Toute sa panoplie était d'un blanc éclatant, sa couleur préféré bien sûr. Il préférait la maniabilité et l'agilité à la résistance, bien plus avantageux pour son petit gabarit. Quand à son pistolet à laser ionique, et bien, dans sa précipitation il l'avait oublié. Mais son plus gros oubli, était sans nul doute son baladeur futurOdio... Rien qu'une bonne musique pour lui calmer l'esprit afin d'éviter une de ses crises.

Depuis l'arrêt de son « traitement », ses crises étaient fréquentes mais il arrivait toujours à reprendre le dessus avec des méthodes saugrenues. Son mental était faible, bien plus faible après son « traitement » . Et puis bon, un Guerrier drogué sur un champ de bataille n'est pas forcément utile, il était donc préférable qu'il arrête son traitement... Peut-être qu'ici, il trouvera réellement le remède à ses tourments, comme annoncé dans le message. Du moins, il l’espérait.

Son vaisseau pénétra dans l’atmosphère ; Ezel aperçut des plates formes d’atterrissages, plutôt imposantes d'ailleurs, dont certains vaisseaux été déjà amarrés. Il décida de se poser sur une plate forme, légèrement à l'écart : Il valait mieux se faire discret, ne sachant pas à quoi s'attendre. Le doux bruit des réacteurs s’arrêta, il pouvait sortir de cette boite métallique.

Enfin dehors... Il en profita pour enlever son casque. Après une petite manœuvre, celui ci se replia vers l'arrière, formant ainsi une sorte de capuche métallique laissant apparaître le visage d'Ezelweiss. Il était jeune, moins de 18ans, des yeux d'un bleu très claire. Ses cheveux courts en bataille, blanc, flottaient légèrement au gré du vent. Sa couleur de peau, très pale, et son manque de sommeil flagrant lui donnait un aire malade. Il avait le visage froid, calme, et pourtant on sentait une certaines vivacité en lui. Il respira profondément, puis continua sa route.

Il arriva devant sa destination final, et il faut le dire, il fut très perplexe à ce moment là. Il voyait une magnifique devanture sur laquelle était écrit :* L'Asylam-Bar*.

« L'Asy... L'Asylam... Bar ? »

Et à ce moment là, il se souvint : Il avait reçut, il y a quelque temps déjà, un message du Dynaste Falaza indiquant un endroit où toute faction confondu pouvait venir se détendre. C'est là qu'il avait déjà vu ces coordonnées. Il commença à se mordiller la lèvre inférieur, yeux plissé, l'aire perplexe :

  • « Mais qu'est ce que je fous là bordel... »

édité le 03.02.2017, 0:16

édité le 03.02.2017, 0:16

édité le 03.02.2017, 0:23

édité le 03.02.2017, 0:25

Ezelweiss, 3 fév. 2017, 0h13

Falmala

Mélyssandre adossée au bar vit s'approcher le Baron de Kovahk qu'elle avait du fixer avec un peu trop d'insistance selon l'étiquette, mais il ne semblait visiblement pas gêné. Lorsqu'il se retrouva à sa hauteur il la complimenta ce qui eu pour effet de l'empourprer un peu plus. Avant qu'elle n'eu le temps de répondre le barman fit son retour et lui annonça que la patronne allait la recevoir. Elle se retourna vers Zyrios et vis du coin de l’œil Cécil debout a coté de lui, lui jetant le contenu de son verre dans le visage.

- Vous m'avez regardé de travers, dit-elle avant de repartir comme si de rien n'était

Mélyssandre resta quelque secondes complètement ébahie par la situation et regarda le liquide couler sur le visage du Baron. Lorsqu'elle pu enfin réagir elle arracha le chiffon du main du barman qui semblait encore plus abasourdi qu'elle et commença à éponger le visage et le tors de Zyrios en se morfondant en excuses.

- Par tous les deux mais qu'est ce qu'il lui a pris .... Elle a encore oublier de prendre ses cachets ce matin je suis sur ....

Elle continua a marmonner tout en épongeant presque de façon colérique. Une mains se posa sur la sienne pour l'arrêter et elle leva les yeux vers Zyrios. Lorsqu'elle vis son visage, trempé, ses cheveux collé contre son front comme après une averse, un rire nerveux s'échappa de sa gorge et elle du plaquer une main sur sa bouche pour cacher son hilarité. Elle secoua la tête de façon dépitée.

- Oh mon dieu Baron Zyrios je suis vraiment désolée ...

édité le 03.02.2017, 14:34

Falmala, 3 fév. 2017, 14h33

Répondre

Les réponses dans ce sujet ont été désactivées.