Forum Roleplay Un grand mariage

Un grand mariage

Falmala

Falmala se tenait debout devant l’énorme glace de la chambre et y regardait son reflet. Dans quelques instants elle unirait sa vie à Azgar Kovahk, le grand conquérant de la Province Kovahkarhe. Si on lui avait demandé il y a plusieurs segements de là si elle comptait se marier elle aurait été plus que certaine que non. Mais elle était la, dans sa robe prête à rejoindre son promis. Elle esquissa un sourire se remémorant ce qui l’avait menée jusqu'à là.

La première fois qu’elle l’avait croisé il se tenait au coté de la Baronne Zorria lors des premières négociations de territoire. Elle ne lui avait pas vraiment porté attention à ce moment la. Elle était bien trop stressée de ne pas réussir à négocier les territoires nécessaire à la prospérité de la fédération Synellectique. Pourtant maintenant qu’elle y repensait il avait déjà été charmé à ce moment la. Il avait été étrangement prévenant et doux lors des discutions, mais Falmala n’y avait pas vraiment porté attention. Ce n’est qu’au file des discutions et différentes négociations qu’elle commença à entre aperçevoir ce coté pétillant dans son regard lorsqu’il s’adressait à elle. Ce fut lorsque le premier accord fut signé qu’elle se dit qu’il ferait un excellent partenaire de jeu lors des soirée dans la cave du Bar. Après une discutions avec la Baronne, non sans un certain amusement, elle négocia quelques heures de gardes du Conquérant qui lui serait destinées. Elle promis de le lui rendre sain et sauf à chacune de ses visites, la Baronne semblait tenir à Azgar, bien plus qu’elle n’aurait voulu l’avouer.

Ainsi se poursuivirent les négociations, puis la première guerre. Toutes ces heures de discutions pour pas grand chose. Ce jour là, sa colère avait été terrible et elle eu beaucoup de mal à ne pas couper court a toutes les discutions. Le premier qui vain la voir ce fut Azgar. Son regard était douloureux et il semblait s’excuser de tout son être pour les agissement de la Baronne. Il suivait les ordres, simplement, mais cela n'apaisa pas la colère de la chancelière, elle en voulait au peuple Kovahkarhe pour avoir rompu le traité qu’ils avaient signés. Celui où ils devaient pouvoir se côtoyer sans affrontements. Azgar vain la voir de nombreuses fois entant émissaire, mais aussi comme l’avait stipulé leur premier arrangement. Il aurait pu ne plus le respecter, le contrat était caduc plus rien ne l’y obligeait, pourtant il était là à chaque fois. Cet à ces instants là qu’elle oublia d'où il venait, quelles étaient ses origines.

Temps filant, les visites furent plus rapprochées au grand désespoir de la Baronne qui aurait voulu la même affection et dévotion de la part de Azgar qu’il avait à ll’encontre de Falmala. Il était de plus en plus démonstratif de son attachement, mais Falmala ne voulais pas d’un amant elle avait d’autres soucis sur la conscience et elle se souvenait de la dernière fois … la douleur que cela avait laissé. Elle essaya de le repousser, elle essaya de faire en sorte qu’il retourne à la Baronne, elle l’avait libérer de son “contrat”, mais rien n’y faisait il était toujours la. Il la regardait a chaque fois avec ce regard si brillant, avec tant de douceur et de tendresse qu’elle n’arrivait pas à le comprendre et cela en était presque étrange. Des mots doux, des présents affluaient tous les jours, une attention, une tendresse …. La Baronne quand à elle avait fini par ne plus espérer … et ses propos devinrent plus sévères et dégradants, tant que Falmala senti à nouveau la colère bouillonner dans ses veines. Il fut décidé de déclarer la guerre à Kovahk, afin de montrer qu’elle ne se laisserait pas dénigrer sans lever le petit doigt. Son peuple risquait de sévères représailles mais cela semblait nécessaire afin de rappeler la place qu’occupait le peuple Synellectique dans la galaxie de l’oeil. Toutes les routes commerciales furent coupées afin de freiner les finances de leurs adversaires et les attaques furent lancées. Elles ne furent pas fulgurantes certes mais elle semblaient assez efficaces pour qu’ils puissent poursuivre l’esprit tranquille. Azgar quand à lui semblait atterré par cette guerre. Il ne voulait pas l’affronter, il ne voulait pas de mal. Les radars de Falmala avaient détectés de nombreux espionnages de sa part, elle avait pris soin de défendre ses planètes car la réputation du Conquérant n’était plus à faire. Mais il ne fit rien, du moins pas contre elle. Une fois leur troupes s’affrontèrent, Falmala ne voulait pas paraître faible et avait décidé de tenter l’attaque malgré tout. Cet attaque fut un échec, mais elle avait réussi une autre attaque contre la Baronne et sa colère s’était estompée avec celle-ci. Elle ne voulais plus sacrifier des troupes et des vies inutiles.

Durant cette trouble période elle avait fait une requête à son gouvernement. Elle voulait faire revivre la splendeur perdue de la famille Tahar, une famille de commerçants et guerriers. Cette famille avait déjà eu à faire au peuple Kovahk mais son nom s’était estompé avec le temps au file des mariages et du temps. Elle avait lu quelque part dans les archives qu’une très lointaine cousine avait jadis fait partie de la famille Tahar. Elle pourrait faire revivre se nom et lui redonner la gloire d'en-tant. Son gouvernement avait accepté et elle fut nommée Sultane un titre qui faisait sa fierté.

C’est après ces dernières attaques et cette nouvelle que les signes de tendresse et d’affection se firent encore plus présents, et Falmala se pris au jeu. Elle découvrit à quel point c’était agréable d’être choyée et chérie. Son coeur se réchauffait à chacune des visites d’Azgar, à chacune de leurs soirée dans les sous terrains du Bar. L’étincelle dans les yeux de son ennemi était devenu flamme dévorante qui avait attaqué son coeur.

Ce fut ce soir ou ils se séparèrent le coeur lourd, où elle le regarda partir encore une fois. Son départ était douloureux, encore plus que d’habitude, tellement douloureux qu’elle se rendis compte que l’amour qu’il lui portait était réciproque. Elle l’aimait, elle l’avait enfin compris et elle ne voulait plus que cela ne cesse, peu importe le future. C’est ainsi que sa décision fut prise. La guerre devait cesser et un nouvel avenir se dessiner.

Ce soir là elle crypta ses canaux de communication et ne laissa qu’un seul message tourner en boucle. Elle savait que Azgar ne pouvait s’empêcher d’espionner ses communications et ses déplacement malgré le temps qu’il passait avec elle. C’est avec un grand sourire qu’elle diffusa le message : “Azgar épouse moi” sur tous les canaux disponibles en attendant une réponse.

La réponse elle l’avait eu ….

Falmala du sourire à la glace. Sa robe scintillait, on lui avait débusquer une étoffe rare, elle était blanche avec de sombres reflets bleu. Chaque mouvement faisait apparaître une multitude de petits arc-en-ciel dans la pièce, grâce au pierreries brodées sur le bustier. Ses cheveux de feu avaient été rassemblés dans un chignon lâche sur sa nuque et un diadème de cristal ornait son crâne.

On toqua à la porte de la chambre. Falmala sursauta légèrement et du rire :

  • Il est temps Madame

Elle inspira un grand coup et fit un signe de tête à la jeune fille.

  • Allons-y…

Elle la suivit dans les couloirs pour arriver à la grande salle des fête. Une douce musique s’échappait par les portes un léger brouahaha se faisait entendre. La jeune fille fit un signe à Falmala et se glissa dans la salle pour faire signe au maître de cérémonie que tout était prêt. Le coeur de Falmala battait la chamade et elle du fermer les yeux quelques instants pour reprendre ses esprits.

Musique

Le brouaha cessa puis une douce mélodie commença dans la salle. Les portes s’ouvrir lentement sur une salle richement décorée aux couleurs des deux factions. Des multitudes de fleur de tout genre ornaient les sièges et les murs. Le sol était couvert d’un épais tapis de pétales rouge comme le sang. Lorsque Falmala leva les yeux vers le bout de l’allée elle en eu le souffle coupé. Il se tenait la, fière son future époux. Il était beau comme un des ancien dieu. Ses cheveux blonds comme les blés, légèrement coiffés en bataille s’agitaient sous la brise du crépuscule. Il y glissa une main légèrement tremblante et il esquissa un sourire. Il portait un costume militaire d’un blanc immaculé et comme seul ornement il portait ses médailles et une rose aussi rouge que le sang. On pouvait deviner sous ce costume un corps entraîné à la guerre, musclé et tendu par le stresse. Falmala du lui rendre son sourire lorsqu’elle se mis à avancer le long de l’allée. Son coeur battait tellement fort qu’elle avait du mal à respirer. Lorsqu’elle eu rejoint son regard se perdit dans le fond de ses yeux bleu acier. Elle attrapa d’une main tremblante la sienne et la serra entre ses doigts gelés. Azgar entoura les mains de Falmala des siennes et les embrassa.

D’une voix légèrement tremblante elle lui glissa :

  • Surtout ne me lâche pas.
  • Cela ne risque pas, j’ai attendu trop longtemps cet instant.

Le maître de cérémonie toussota doucement pour les rappeler à l’ordre et ils durent sourire. Il ouvrit un vieux grimoire cérémoniel et commença d’une voix grave :

  • Cher peuple de la Galaxie de l’oeil. Nous voici réunis aujourd’hui afin de célébrer l’union de ces deux êtres animés du feu de l’amour éternel. Nous sommes ici aujourd’hui pour être les témoins des dieux de cette union. Nous serons les porteurs du message d’amour qu’ils communiquent à la galaxie, celui de deux peuples qui se lient par les serments du mariage et du sang.

Il s’adressa au couple le regard bienveillant:

  • Prenez ce vin et ce pain et nourrissez vous mutuellement.

Azgar pris la coupe et fit boire Falmala, puis il glissa un morceau de pain entre ses lèvres. Puis ce fut au tour de Falmala d’en faire de même.

  • Par ce pain et ce vin partagé vous démontrez votre confiance mutuelle, que vous serez la pour vous soutenir dans chaque moment de votre vie. Il est maintenant le temps du rituel du sang. Tendez vos mains.

Falmala et Azgar lui tendirent leur main. Le prêtre sorti un poignard d’un tissu richement décoré. Il le tendit à Falmala qui le pris et s’entailla la main gauche. Puis elle le tendis à Azgar qui d’un coup sec et décidé en fit de même.

  • Joignez maintenant vos mains.

Ils se tournèrent face à face et leur mains se joignirent, leurs doigts s’entrelacèrent fermement et leur sang se mélangea. La chaleur des mains d’Azgar irradia dans la main de Falmala et un délicieux frisson parcouru son corps. Le prêtre pris un ruban pourpre l'entrelaça autour des mains du couple.

  • Par ce lien vous unissez votre avenir, votre sang et vos vie. Se ruban représente l’amour qui vous lie et vous gardera uni a travers les épreuves que la vie pourra vous soumettre. Ce ruban vous rappellera que c’est main dans la main que vous avancerez et que vous saurez trouver la voie. Ce sang qui se mélange au creux de vos mains signifie que votre destin est maintenant lié à tout jamais. Il est maintenant temps de partagez vos voeux.

Falmala plongea son regard dans celui de Azgar et du inspirer profondément pour que sa gorge veuille bien émettre un son.

  • Moi Falmala, je te prend comme époux. Je te promet de t’aimer et te chérire corps et âme jusqu’à la fin des temps.

Ses mains tremblèrent et sa voix se fit faible sur les derniers mots. Azgar resserra son étreinte entre ses larges mains et plongea à son tour son regard dans celui de Falmala.

  • Moi Azgar, je te prend comme épouse. Je te promet de t’aimer et de te chérire corps et âme jusqu’à la fin des temps et au-delà.

Il restèrent quelques instants ainsi comme s’ils étaient seuls au monde, puis le prêtre retira le ruban autour de leurs mains et le leur offrit.

  • Tournez vous vers l’assistance je vos prie.

Le couple se tourna se tenant la mains. Falmala s’agrippait au doigts d’Azgar comme si sa vie en dépendait.

  • Peuple de la Galaxie de l’oeil, vous êtes maintenant les témoins de cette union.

Il déposa ses mains sur la tête de Falmala et Azgar.

  • Falmala Tahar Elistraée Hilversun et Azgar Kovahk, je vous déclare mari et femme pour maintenant et toute l’éternité.

Un cri de joie s’éleva dans la salle et des applaudissements firent trembler les murs. Falmala se retourna vers Azgar un doux sourire aux lèvres. Azgar l’attrapa par la taille et l’attira subitement contre lui pour l’embrasser avec fougue. Les doigts de Falmala se glissèrent dans ses cheveux et elle se laissa envahir par cette formidable tourbillon de sentiments. Après un long baiser Azgar l'étreignit avec force en lui glissant a l’oreille :

  • Tu es mienne maintenant … surtout ne change jamais.
  • Je te le jure

Des sifflements s’élevèrent dans la salle et des rires.

  • Je crois qu’il est temps que je te lâche, dit Azgar dans un rire.

Il recula et ils se présentèrent à la foule sous un tonner d’applaudissements.

  • Vous êtes tous invités à venir festoyer avec nous dans la grande salle de l’Asylam-bar. Un grand banquet vous y attend avec beaucoup de boisson et de danse … et de filles, annonça Falmala avec un grand sourire.

C’est ainsi que Falmala et Azgar traversèrent la grande salle pour se diriger vers le vaisseaux qui les mèneraient vers le lieu des festivités.

édité le 02.07.2016, 0:05

Falmala, 2 juil. 2016, 0h03

Répondre

Se connecterou Créer un compte

Vous devez être connecté pour poster un message